index des auteurs

Le crime de l’Hôtel Saint-Florentin - Jean-François PAROT


Le sujet
Louis XV est mort. Le lieutenant général de police Sartine est nommé secrétaire d'État à la Marine et dans la foulée, son successeur met Nicolas au placard avant de lui confier une affaire d'importance : une femme de chambre a été égorgée dans la maison de M. de Saint-Florentin, ministre du nouveau roi. Nicolas va mener de front plusieurs enquêtes qui lui sont confiées et à priori sans rapport entre elles. Dans les fermes des éleveurs de bestiaux, dans les dédales de l’hôpital de Bicêtre, où étaient rassemblés les fous et les contagieux, Nicolas va côtoyer des mondes de débauche, d'espionnage, de faux semblants qui ont tous une constante : garder sa place et ses avantages dans un monde en mutation.
Quoi qu’il en soit, la contagion de la maladie sévit chez les Bataves et a détruit la plus grande partie des bêtes à cornes de notre l’île. On tente bien, quand la chose est connue, d’enterrer les carcasses, mais il faut encore compter avec la tentation de les déterrer pour récupérer le cuir.

Le verbe
Il sortit son petit carnet noir, instrument indispensable de ses enquêtes. Une vague d’excitation le souleva ; c’était bien la fièvre habituelle du chasseur qui reprend la voie, la même ardeur qui le lançait au galop dans les halliers de la forêt de Compiègne.
Mon complément
A nouveau sous le charme de Jean-François Parot qui trouve dans cette nouvelle intrigue l’art de nous conter la vie en 1774. Paris et ses rues encombrées de véhicules et d'indigents.
Chaque jour, de pauvres hères arrivaient par la grand-route attirés par les prestiges et les mirages de Paris. Ils espéraient y trouver une solution à leurs malheurs ainsi qu’un terme à leur pauvreté.
Versailles et les usages de la cour.
Sous le vernis de l’homme de cour, sous l’exacte courtoisie du gentilhomme, la raideur et la froideur du procureur des choses obscures, assoupies et clapies comme des bêtes nocturnes, ressurgissaient parfois.
Manipulations politiques et mœurs débridées dans une société bourgeoise à la recherche du plaisir, même au prix d’atrocités. Et toujours ce savoureux mélange de mots et expressions qui se découvrent avec amusement. J’aime les détails des rues évoquées qui existent encore et qui permettent de suivre mentalement les trajets effectués à pieds, à cheval ou en calèche. L’hôtel de Saint-Florentin existe toujours sous le nom d’hôtel Talleyrand (au 2 rue Saint-Florentin à Paris), face au ministère de la Marine. Construit entre 1767 et 1769 par Jean-François Chalgrin pour le Comte de Saint-Florentin, ministre. Il est actuellement le siège du Consulat américain à Paris.
ancien hôtel St Florentin (Paris)

6 commentaires:

Audrey Hepburn a dit…

Je me suis trouvée à un doigt de me laisser tenter par "L'énigme des Blancs Manteaux" quand je suis allée m'acheter "La conjecture de Fermat". Finalement mon 1er Parot sera peut-être ce roman-.

Wictoria a dit…

Bonjour Audrey, l'avantage avec ce genre de livres, c'est que, même si les histoires se succèdent dans le temps, que le personnage évolue en viellissant, le lecteur n'a aucun mal à accrocher à l'enquête, mon bémol serait de dire que les notes de texte se retrouve en fin de document et non pas en bas de page, ce qui nuit un peu à la fluidité de la lecture... enfin ce n'est que mon avis :)

Gaëlle a dit…

Je ne connaissais pas cet auteur : j'ai très envie d'aller y regarder de plus près après avoir lu ton billet ! Bien d'accord avec toi pour les notes : elles devraient toujours être en bas de page, surtout si elles sont intéressantes...

Wictoria a dit…

J'ai découvert cet auteur au hasard d'un titre à la bibliothèque municipale : l'homme au ventre de plomb. Je ne suis pas déçue d'avoir cédée à mon impulsion !

dda a dit…

Je te suis à 100 % sur cet auteur, son personnage que l'on suit au fil des volumes. J'ai lu toute la série et je n'ai qu'une hâte, commencer le suivant.
Passionnantes histoires et surtout très instructives sur une époque que je ne connaissais pas.

Wictoria a dit…

Dda : avec lui, j'ai découvert le plaisir de connaître l'histoire, chose qui ne m'a jamais effleuré le cerveau durant toutes mes années scolaires :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.