index des auteurs

Huis Clos - Jean-Paul SARTRE


Le sujet
La pièce en un acte met en scène 3 personnages principaux et un quatrième en tout début, que l'on ne reverra plus. Les personnages sont morts. Ils savent qu'ils sont en enfer mais au début de la pièce, ils ne veulent avouer aux autres pourquoi. Erreur sur la personne, mauvaise foi, circonstances atténuantes ? L'homme, journaliste, a été fusillé en raison de sa fidélité au pacifisme et s'estime épris de liberté alors qu'il n'a été que lâche. Une des femmes est lesbienne et a détruit le couple de son amie, et s'est donné la mort par le gaz. La seconde femme, épouse d'un vieil homme riche, a pris un jeune amant, tué son nourrisson sans remords, avant de mourir d'une pneumonie. Ces trois êtres ne se connaissaient absolument pas avant de se retrouver dans cette anti-chambre de l'enfer. Tour à tour, ils recherchent, supportent le regard de l'autre, bouée de sauvetage ou ancre qui les engouffre tout au fond de leur être.

Le verbe
"Alors c'est ça l'enfer. Je ne l'aurais jamais cru… Vous vous rappelez : le souffre, le bûcher, le gril.. Ah quelle plaisanterie. Pas besoin de gril, l'enfer c'est les autres".
Mon complément
L'enfer, c'est de ne vivre que par le jugement des autres, de ne posséder aucune liberté d'agir. C'est effectivement ce que ces trois là vont devoir supporter. Eternellement. C'est une pièce de théâtre très émouvante, j'ai beaucoup apprécié la lire.

3 commentaires:

berlioz a dit…

Je me souviens d'avoir étudié ce texte au lycée, en seconde je crois, et y avoir pris du plaisir.

Et puis, pendant que j'y suis, je me souviens également d'une blague qui demandais la différence entre les oeuvres de Sartre et les loghorées de LePen - Aucune, en lisant LePen on a d'abord les mains sales puis la nausée.

Wictoria a dit…

Je ne connaissais pas la blague...
Je n'ai jamais étudié Sartre, mais j'ai fais des études scientifiques :)

Anonyme a dit…

Il me semble que l'idée "l'Enfer c'est les autres", est surtout une condamnation de soi-même, du mépris que l'on éprouve pour soi. Si les personnages n'étaient pas aussi méprisables (à leurs yeux), ils se fréquenteraient avec joie et les autres n'auraient pas prise sur eux.

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.