index des auteurs

Le petit oiseau blanc - James Matthew BARRIE

Traduction par Céline-Albin Faivre

Le sujet
Le petit oiseau blanc existe en plusieurs instants et revêt plusieurs formes. C'est bien sûr le titre du roman tenu entre nos mains. Un homme, le capitaine W., fait le récit d'une histoire. Observateur des choses, des humains et de ses propres rêves. Il s'adresse au lecteur comme le ferait un metteur en scène. Mais il brouille les pistes, les identités. Le narrateur parle d'un certain David. Au début, celui-ci est un oiseau, comme le sont tous les enfants avant leur naissance. Ensuite, l'auteur "organise", en quelque sorte, le mariage d'une femme admirée et aimée, plus jeune que lui, et autour de laquelle il va tenter d'exister. La famille est voisine. David devient un bébé. Le capitaine W. s'immisce dans l'espace vacant au milieu de ces êtres dont il est le témoin depuis ses fenêtres. Il se voit accorder le privilège d'accompagner David dans des promenades qui aboutissent toutes aux portes des Jardins de Kensington, là où réside Peter Pan depuis son évasion.

A partir de ce moment, l'histoire se concentre sur les lieux et les personnages du jardin. Autour du bassin rond qui trône au centre du jardin, circulent les enfants sages ou espiègles avant de céder la place aux créatures de la nuit, après la fermeture. Les deux sociétés ne doivent jamais se rencontrer. Mais rien n'est impossible sous la plume de Barrie.

Le capitaine W. et David inventent les aventures fantastiques dans lesquelles ils jouent les premiers rôles et où se glissent parfois de nouveaux personnages, réels ou imaginaires. David grandit, il va avoir 8 ans et bientôt, il devra quitter les jardins et l'enfance et apprendre à être grand. Bientôt il aura une sœur, ou un frère. Il avoue au capitaine W., qu'il appelle "père", que sa mère nourrit l'intention d'écrire un livre qui aura pour titre "le petit oiseau blanc". Au lieu de cela, elle conçoit une fille.

Le capitaine W. décide alors d'écrire le livre à sa place, de lui offrir, souligné d'une émouvante dédicace. Ce livre, nous le tenons entre nos mains. La boucle est fermée. Chaînon fulgurant d'un amour assez fort pour rester secret. Matérialisation de l'ombre d'un désir, ou d'un désir qui sort de l'ombre. Comment savoir ? Car Barrie illustre dans ce roman sa vie à lui, ses sentiments. Tout est dit.

Le verbe
Il était la plupart du temps très heureux et gai, et la raison de cet état était que Salomon avait tenu sa promesse et lui avait enseigné un grand nombre des façons propres aux oiseaux. Etre facilement content, par exemple, et toujours être affairé à quelque chose et penser que quelque soit la chose à laquelle il était attelé, celle-ci avait une grande importance.
Mon complément
Il est des livres impossibles à commencer. Non pas qu’ils soient hermétiques ou pires inintéressants. Non, ce qui m'a retenue quelques temps est plus délicat. C’est une sorte de vénération de ce livre estimé avant la lecture. Il est là, et je n’ose l’entreprendre. Il faut attendre le moment déclencheur, comme un départ à perdre haleine. Patiemment. Parce que l’échauffement doit parfois être lent. Lenteur désirée inconsciente. Préface en tour de piste recommencé à épuisement. Encore et encore.
…il vola tout droit jusqu'à la fenêtre, qui était toujours ouverte pour lui. Mais la fenêtre était fermée et il y avait des barreaux et, à travers eux, il vit sa mère qui dormait paisiblement, les bras enlacés autour d'un autre petit garçon.
Avant ce livre je n’avais jamais prétendu m’intéresser au nom du traducteur, imaginant que n’importe quel érudit maîtrisant la langue originale de l’auteur fabriquerait de manière égale le livre considéré. On pourra bien sûr me taxer de délit d'initiée parce que je ressens un profond attachement à la traductrice, cependant, elle ignore encore au moment où je rédige ce billet, ce que j'ai pensé du livre et n'a certes pas besoin de mon avis pour savoir à quel point Barrie est un auteur d'exception. Céline-Albin Faivre connaît l’univers de l’auteur, qui se développe autour de l'auteur lui-même, auquel elle voue une très grande affection, au point d’avoir l’énergie de lui consacrer un site délicatement présenté, rédigé dans une prose qui n’appartient qu’à elle et qui est sa signature, et c'est ce qui rend la lecture encore plus sincère.
... il n'y a pas de seconde chance, pas de seconde chance pour la plupart d'entre nous. Quand nous atteignons la fenêtre, l'Heure de la Fermeture a sonné. Les barreaux en fer sont mis pour la vie.
Certains passages m’ont émus jusqu’aux larmes. Je suis sûre qu’il n’en aurait pas été de même avec une autre traduction, sans pouvoir me l’expliquer. Car il y a de l’âme qui passe au moment de choisir le mot. Un transfert imperceptible, une rencontre irrationnelle, semblable à la trajectoire suivie par deux oiseaux qui s’envolent de deux terres séparées et glissent au gré des vents avant de se rencontrer. Frôlant leurs ailes, produisant une diffraction de mille couleurs en un arc hyperbolique, arc en ciel généreux d'une osmose intemporelle. Un dernier regard avant de repartir chacun dans son univers, son époque, vibrant hommage d’un chaste attachement.

Pour en savoir plus, sur la richesse de l'univers de Barrie, sa vie et ses élans, je vous conseille la préface de ce livre, intensément riche de détails, images et références.

Liens externes

10 commentaires:

marie.l a dit…

très bel hommage énormément mérité à Holly, merci wictoria je n'ai aucun talent d'écriture pour en faire l'éloge, aucun esprit de synthèse, je ne sais (du moins je l'imagine et je le souhaite !) qu'apprécier infiniment ses écrits et les tiens...
Bon dimanche !

Holly Golightly a dit…

Wictoria, je découvre à l'instant ce vibrant billet. J'en suis tremblante. Je suis émue, très émue et plus que ça, surtout parce que cela vient de toi, que j'aime et admire.
Je ne suis pas sûre de mériter tout cela, mais ton amitié m'est désormais nécessaire.
Merci Wictoria. Je suis toute chose.

Holly Golightly a dit…

Pourrais-je, s'il te plaît, faire un lien sur le site Barrie vers ce très beau billet ?
Tu as très bien compris Barrie et son petit oiseau. Je suis si heureuse que tu sois sensible à ce qu'il dit ! Tant de choses à te dire et je me sens soudain si peu à la hauteur de tes mots.

Lamousmé a dit…

Je suis heureuse! Que tu aimes ce livre wictoria était pour moi une évidence...mais comme tu en parles bien!!!! Je me sens comme Marie.L un peu démunie pour en parler et tellement contente que d'autre y arrive si bien!
Je vous embrasses toutes!

Wictoria a dit…

Marie L :
tu as du talent, simplement tu t'exprimes dans d'autres formes :)

Holly :
tout est mérité et sans doute une toute petite partie visible de cette montagne qui dérive sur l'océan des relations, un phare qui indique "c'est par ici que le beau s'expose, que l'émotion surgit"...

Lamousmé :
hi hi j'ai mis du temps à rédiger ce billet. Je l'ai fait en plusieurs étapes, les mots me venaient tous seuls, il me fallait ensuite les apprivoiser...

J'aimerai tant que ce livre ait l'aura qu'il mérite sur toutes les générations confondues, comme l'a été le récit de Peter Pan...

Coumarine a dit…

Ben dis donc Wictoria...tu donnes envie de COURIR à la librairie pour acheter ce livre...
Merci pour cette belle note

Gaëlle a dit…

Wictoria, je finis la lecture de ce billet très émue !!! Tu as écrit un superbe billet, en fait tu as écrit mieux que moi ce que je n'aurais su formuler aussi bien sur ce livre magique, et je ressens tout à fait la même chose, cette qualité d'émotion particulière qui vient de la traductrice, je n'ai aucun doute là-dessus. Et je suis persuadée que si nous ne la connaissions pas, nous l'aurions ressentie avec la même force, sans arriver, peut-être, à nous l'expliquer aussi bien. Tu as merveilleusement parlé d'Holly et j'en suis heureuse...
Merci pour ce beau moment : avec Barrie, Holly et toi, on est en très belle compagnie ! Bises

Wictoria a dit…

Coumarine :
je t'y encourage :)

Gaëlle :
nous aurions dit d'Holly : cette fille est la digne héritière d'un écrivain qui n'a pas de descendance biologique...bises.

fred a dit…

Je viens de lire tes commentaires passionnés au sujet du Petit Oiseau Blanc, que j'ai lu très récemment avec la certitude que j'entrais aussi bien dans l'intimité de Barrie lui-même que dans celle de Holly. Tu me dis être "ignare" dans ton dernier message, mais ce que tu as vaut toutes les connaissances réunies : l'intelligence et la beauté du coeur.
Amicalement. Frédéric

Wictoria a dit…

Cher Frederic, je vais réserver ces mots que tu dis pour les jours où je crains de n'avoir rien de tout cela...

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.