index des auteurs

Brooklyn follies - Paul AUSTER

Traduction par Christine Le Bœuf

Le sujet
Nathan Glass revient vivre à Brooklyn. Il a soixante ans, sort d'un cancer, vient de divorcer et est à la retraite. Comment va t'il occuper ses journées ? Il décide d'entreprendre la rédaction d'un livre qui serait un condensé des bévues, des anecdotes, des folies de la vie en somme. Un événement imprévu va modifier son destin. Il retrouve son neveu, Tom Wood, une graine d'écrivain qui a tout abandonné pour faire chauffeur de taxi et qu'il retrouve associé d'un mystérieux libraire. Mais la vie réserve d'autres surprises et c'est avec une émotion constante que l'on vient à bout de ce récit écrit comme un hymne à la vie, à l'amour, à la défense de ce que l'on croit juste, à l'espérance enfin, non sans une larme.

Le verbe
La lecture était ma liberté et mon réconfort, ma consolation, mon stimulant favori : lire pour le plaisir de lire, pour ce beau calme qui vous entoure quand vous entendez dans votre tête résonner les mots d'un auteur.
Mon complément
Lire Paul Auster c'est comme retrouver un vieil ami rassurant. Un de ceux avec lequel les mots ont de l'importance sans les dire, juste les effleurer de la pensée ou du regard. Lire Auster c'est vivre au fond de soi un moment. J'ose espérer qu'il en est conscient. Si cela n'était pas, je serai très déçue, enfin modérément car je ne saurais jamais ce qu'il en est. A quoi songe un écrivain lorsqu'il esquisse son histoire ? Un peu de hasard, un peu de désir, toujours la passion d'être. J'ose simplement espérer. Ouvrir un livre d'Auster c'est retrouver son univers, familier, légèrement relooké pour le voyage en cours, qu'importe. J'aime cela.
Tout homme contient en lui plusieurs hommes, pour la plupart, nous sautons de l'un à l'autre sans jamais savoir qui nous sommes.
A noter
Dans ce livre, Paul Auster évoque "La Lettre écarlate", un roman de l'écrivain américain Nathaniel Hawthorne. J'ai l'étrange impression qu'il a déjà évoqué ce titre dans un des deux autres livres que j'ai lu de lui à ce jour :
- Le livre des illusions
- La nuit de l'oracle.

Je trouve troublante l'idée de placer de façon récurrente un livre dans son propre livre, comme une sorte de gri-gri littéraire. Cette idée me plait décidément beaucoup.

4 commentaires:

anjelica a dit…

Coucou Wictoria,
C'est le seul que j'ai lu de Paul Auster et j'ai bien aimé. J'ai aimé cette histoire familiale quelque peu compliquée et tellement humaine. Beaucoup plus proche peut-être de la réalité que les familles stéréotypées que l'on veut nous faire croire !

marie.l a dit…

devant mon incapacité de me concentrer sur une lecture suivie je suis toujours très contente de lire tes billets à ce sujet ! merci !

Saleanndre a dit…

J'aime également beaucoup Paul Auster. Contente de voir qu'il tient la vedette de bon nombre d'articles de ton blog!
Je pense en lire d'autres, beaucoup d'autres, tout si possible... et pour l'instant, je n'en ai que deux à mon actif. J'ai lu celui-ci il y a très peu, et Léviathan cette année. Que des bons souvenirs :)
Jaime bien ce que dis quand tu évoques cette impression de retrouver un ami rassurant. Je ressens un peu la même chose avec Proust, ou plus récemment, Djian. Je pense comprendre ton sentiment vis à vis d'Auster. C'est beau une passion!

Wictoria a dit…

je compte tout lire de Auster moi aussi, même si certains titres ou histoires ne me tentent pas pour le moment :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.