index des auteurs

Le sang des farines - Jean-François PAROT


Le sujet
Nicolas le Floch enquête cette fois sur la mort de son voisin Mourut, boulanger de son état et retrouvé dans son pétrin d'une manière à faire croire à une attaque, mais vraisemblablement assassiné. Les suspects ne manquent pas, une épouse mal mariée, des apprentis maltraités. Mais d'autres pistes entraînent Louis vers une affaire bien plus profonde, plus ancienne. Une coalition secrète se réunit depuis longtemps et fomente les prémices d'un contre pouvoir, visant à faire grimper le prix du pain en période de mauvaises récoltes pour exciter le peuple à se rebeller. Qui tire les ficelles ? Le peuple gronde, les émeutes claquent comme des miches prêtes à exploser. Quelques coupables seront jugés et exécutés en place publique. Louis, fort de son esprit d'analyse et secondé par son loyal et vaillant entourage, va déjouer une nouvelle fois les plans ourdis par des forces obscures qui servent les intérêts des ennemis du Roi.

Le verbe
Le fou rire qui les réunit alors fut interrompu par l'arrivée glorieuse des oeufs et des laitances disposées sur des roties de pain grillé à la braise et nappés d'une sauce fumante et odorante. Ils s'y consacrèrent avec gourmandise. L'hôte leur expliqua que, souhaitant éviter de faire éclater les poches, surtout pour les oeufs, il les baignait dans un beurre abondant et à chaleur calculée. Tout résidait dans la rapidité souple du savoir-faire sans saisir, ni cuire à l'insensible. On jetait des échalotes émincées pour leur faire prendre couleur et parfum. Ensuite, il importait de délayer dans une jatte une cuillère de bonne moutarde, une pincée de cassonade et une giclée de vin blanc sec. de cet ensemble bien mêlé, il restait à inonder la poêle en un tour de main, en ne pleurant pas à la fin, le poivre et le persil.
...
Tout se bousculait dans sa tête, il s'imposa d'y faire le vide. Paris, qu'il aimait tant s'agitait autour de lui, offrant mille distractions à l'observateur avisé. Cependant, assombri par ses soucis, il ne relevait dans ce spectacle que ce qui était triste, et inquiétant.
...
Tous ces exemples, et le sien propre, lui confirmait qu'il valait mieux souffrir d'une injustice que d'un remords.
...

Mon complément
L'avant dernier roman de Jean-François Parot à ce jour parut possède un titre des plus énigmatique "le sang des farines". L’intrigue nous plonge, non pas dans le pétrin, mais dans le 18ème, pas l’arrondissement, mais le siècle. Celui des lumières. Comme à son habitude, Jean-François Parot nous entraîne dans le sillage du Roi (nous en sommes au début du règne de Louis XVI) ou dans les caves humides des cachots. On l'accompagne dans les rues boueuses et crottées de Paris, on s'attable dans une auberge devant des plats abondamment décrits (à vous mettre l'eau à la bouche). Car le vocabulaire que l'auteur utilise est savoureux comme la description minutieuse de la vie à cette époque. A croire que l'auteur a, pour nous, remonté le temps, histoire de nous inoculer le virus du passé. Un comble pour moi qui ai toujours été nulle en histoire parce que je détestais apprendre "par coeur". Maintenant j'en redemande ! Le final ressemble aux réunions d'Hercule Poirot : les principaux personnages sont réunis et Louis déroule toutes les affaires qu'il a eu à démêler et qui se recoupent comme des cartes à jouer sur une table faussée, c'est théâtral et jubilatoire, j'adore !!!

2 commentaires:

marie.l a dit…

d'actualité apparemment l'augmentation du prix de la farine (heu je crois en avoir entendu parlé!) En tous cas un bon moment pour moi de te lire et d'en profiter pour te souhaiter un bon week end et surtout : un excellent petit déjeuner à New-York !!!!

Wictoria a dit…

MarieL : justement, j'y songeais au prix du pain (et du reste) car enfin, par ici, la bonne baguette est à plus d'un euro : plus de 6 francs une baguette ! dans ma jeunesse, elle était plutot à un franc !

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.