index des auteurs

Madame Bovary - Gustave FLAUBERT


Le sujet
Dans la province normande du XIXème siècle, une femme au romantisme exacerbé en arrive à tromper son époux, un officier de santé qu'elle trouve ennuyeux. Désirant une sorte de "vie de chatelaine", elle s'endette de manière insensée. Désespérée, n'osant avouer à son mari ses actes et encore moins ses infidélités, elle choisit de s'empoisonner et meurt.

Le verbe
Mais elle, sa vie était froide comme un grenier dont la lucarne est au nord, et l'ennui, araignée silencieuse, filait sa toile dans l'ombre à tous les coins de son cœur. (p.105)
Mon complément
J'ai certainement lu Flaubert à l'école, je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable. Mais lorsque l'année dernière, le magazine littéraire a fait un numéro spécial sur cet auteur, j'ai eu envie de le relire. "Madame Bovary" m'a semblé être un bon choix. J'avoue que cette histoire m'a délicieusement enchantée.
N’importe ! elle n’était pas heureuse, ne l’avait jamais été. D’où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s’appuyait ? (p.357)
J'ai beaucoup apprécié, avec le recul de l'âge, le style de Flaubert. J'ai lu avec attention la longue introduction, ainsi que le réquisitoire et la plaidoirie du procès qui fut intenté à l'auteur présents dans cette édition. L'auteur fut accusé d'atteinte aux bonnes moeurs et d'être mécréant ! Heureusement que les choses ont évolué car sinon, les tribunaux seraient remplis d'écrivaillons. Une chose qui nous semble incroyable de nos jours où tant de livres ineptes sont publiés sans que personne n'y trouve rien à redire.

5 commentaires:

Muse a dit…

Quelques nouvelles pistes de lecture. Ici avec Flaubert et sa magie de l'écriture, un style pur que j'apprécie toujours...Je me prends à relire comme ça des auteurs lus et étudiés au lycée...par vagues

berlioz a dit…

Je me souviens avoir adoré sa lecture, ce qui ne fut pas le cas de mes fils qui ont proféré à son encontre des paroles que je n'oserais pas écrire ici...

Mister Cham a dit…

Un véritable brûlot...
Sans doute lu trop tôt par les scolaires ou sûrement mal abordé. Si les intentions premières de l'auteur étaient expliquées aux élèves, la lecture leur serait moins contraignante... Mais serait-ce politiquement correct et surtout "au programme" ? ;-)

Serge a dit…

J’étais loin de me douter que Flaubert avait eu autant d’ennuis… Ce n’est pas le plus important heureusement, puisque d’une autre époque.
Mais je me souviens en revanche, qu’à la question « quel bruit peut bien avoir l’éternité », sa proposition m’avait fortement touché. (en fin du livre, lors de l’enterrement de Madame Bovary).
Il y a bien sûr d’autres exemples de sa force d’écrivain qui bouscule et réveille l’imagination, mais personnellement, celui là…
Bises VV, bonnes lectures!

Lou a dit…

c'est "ma" bête noire, le souvenir d'une lecture abandonnée par deux ou trois fois depuis le collège !! Mais pour être honnête le dernier abandon était plus dû à un manque de temps sur le moment... c'est en tout cas un livre que je veux absolument découvrir... jusqu'au bout !

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.