index des auteurs

Fatal Fengshui - Nury VITTACHI

The Feng Shui Detective's Casebook, 2003
Editions Philippe Piquier, 2005

Le sujet
9 histoires composent ce livre (une histoire par enquête) dont le fil conducteur est le suivant : maître Wong entreprend la tournée des collaborateurs du conseil d'administration de son principal employeur et mécène M. Pun. Aidé de sa jeune assistance, la toujours délurée Joyce McQuinnie, et parfois de ses amis membres du comité consultatif du Syndicat des professions de la voyance.

Le verbe
- Et bien le fengshui nous aide à recréer cet environnement. C'est pour cela que le vert est une couleur relaxante. Et qu'on se sent mieux avec une montagne derrière soi et de l'eau devant. Etc., etc. Le fengshui fait de ta maison une réplique de cette maison idéale qui est enfouie tout au fond de ta tête.
Mon complément
Ceci est mon 2ème roman de cet auteur découvert récemment avec Le maître de Fengshui perd le nord. J'y ai retrouvé les mêmes personnages absolument et sincérement attachants : CF Wong, le maître de FS de 56 ans, ronchon, célibataire, craignant les femmes, uniquement intéressé par les rentrées d'argent et la rédaction de ses "bribes de sagesse orientale", et sa petite stagiaire Joyce, 18 ans, tellement fière de travailler, sa propension à tomber souvent amoureuse du dernier venu, surtout s'il est mignon et bien musclé. Leurs réflexions, leurs différences : lui, un peu dépassé par les choses modernes (les mails, les spams, etc...), elle, très en avance (heureusement qu'elle est là parfois !) font un cocktail réussi : ces deux là forment un duo digne d'un roman. Ah ! mais ils sont dans un roman. Cette fois, nous voyageons un peu plus et quittons Singapour, leur lieu de résidence habituelle, pour l'Australie, l'Inde, Bangkok, Manille, etc...

Il me reste encore un tome à lire (le 3ème) : "Shanghai fengshui" et j'aurai lu la totale de cet auteur qui fait sortir des enquêtes ordinaires, qui donne plein d'indices de fenshui (ce sont de vrais indices) et, cerise sur le gâteau : un auteur plein d'humour (je donne une mention spéciale pour la traduction de Julie Sibony) et, je pense, un auteur qui ne se prend pas au sérieux.
Brin d'Herbe, sois toujours plus intelligent que les gens ne pensent. Le meilleur moyen est de te montrer plus idiot que tu ne l'es.
Cela est encore plus vrai lorsqu'il y a un danger. Si l'on devait élire le plus bel arbre de la forêt, le juge choisirait le plus grand. Mais quand arrive le bucheron, les grands arbres regrettent de ne pouvoir courber la tête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.