index des auteurs

Un majestueux fossile littéraire - Mark TWAIN

1947
Folio 2007 : trois nouvelles extraites du recueil "Un pari de milliardaire et autres nouvelles"

Le sujet

1) Un pari de milliardaire
A la suite d'un pari entre deux frères, un homme sans ressources, mais non dénué d'intelligence, se retrouve nanti d'un billet d'un million de livres (sterling). L'un des frères a parié qu'il n'oserait pas s'en servir, l'autre au contraire affirme qu'il s'en sortira et ils le laissent durant un mois à son destin...

Le verbe
Malgré tout, je n'avais pas complétement renoncé à mes vieux vêtements, et, de temps à autre, je sortais dans mon piteux accoutrement des premiers jours faire des emplettes et encourir les rebuffades des marchants. Je me payais alors le plaisir d'estomaquer mon monde avec mon billet d'un million.
Mon complément
Assurément ma nouvelle préférée, j'y découvre toute la démesure et la subtitlité de M.Twain que je n'avais jamais lu !

2) La télégraphie mentale
Un homme relate des exemples de télépathie : étranges circonstances qui ne peuvent être fortuites, mais certainement dues à la connexion de deux esprits par delà les distances.

Le verbe
Je décachetai la lettre, et montrai l'exactitude de ce que j'avais annoncé. La lettre de Mr Wright contenait tout ce que contenait la mienne, écrite le même jour ; seulement cette dernière était restée dans mon bureau, depuis une semaine, depuis le 2 mars.
Mon complément
Cette nouvelle m'a immédiatement rappelé Le carnet rouge de Paul Auster ; d'incroyables histoires de hasard dont on ne sait réellement si elles sont vraies ou inventées. Qu'importe, on veut y croire !

3) Un majestueux fossile littéraire
Il s'agit des réflexions d'un lecteur qui lit un très vieux dictionnaire médical, et qui ne s'étonne guère que les pauvres patients tourmentés n'aient passé de vie à trépas après moults saignées et ingurgitations de toutes eaux (immondes et mauséabondes...).

Le verbe
"L'usage constant du lait est néfaste aux dents ; il en cause la carie et déchausse les gencives." Cependant, de nos jours, les bébés en usent couramment sans aucun préjudice. L'auteur ajoute qu'il faut se rincer la bouche avec du vin avant de se risquer à boire du lait. Or, en songeant aux immondes décoctions que les gens de cette époque s'introduisaient dans l'estomac sous forme de médecines, n'est-on pas en droit d'admirer qu'ils aient eu si peur du lait ?
Mon complément
Cette dernière nouvelle est assurément la plus amusante, malgré les horribles exemples de "soins" conseillés pour soigner qui d'un vertiges, qui d'une brûlure. Globalement, j'ai bien aimé la lecture de ces nouvelles, et découvrir ainsi le talent de Mark Twain chez lequel je détecte une sacrée dose d'humour non dépourvue d'intelligence.

Lien externe

1 commentaire:

Lou a dit…

On peut même dire que je n'ai pas du tout aimé, mais je suis peut-être passée à côté de quelque chose en fin de compte ! Merci pour ton avis, j'étais très curieuse de le lire !

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.