index des auteurs

Elle s'appelait Sarah - Tatiana de ROSNAY

Editions Héloïse d’Ormesson, 2006 (Sarah’s key)
Editions Héloïse d’Ormesson, 2007 pour la traduction française

Le sujet
Paris, juillet 42. Rue de Saintonge. Des policiers français viennent chercher la famille Starzynski, soi-disant pour 2 ou 3 jours. Incapable de bouger, le petit Michel, 4 ans, demande à sa sœur Sarah, 10 ans, de l’enfermer dans leur cachette et de revenir le chercher plus tard. Il y a de l’eau, des biscuits, des livres d’images. Il attendra.
Paris, mai 2002. La France s'apprête à organiser la commémoration du drame survenu au Vel'd'hiv', 60 ans après les faits. Julia Jarmond, une journaliste franco-américaine, doit écrire un article sur ce sujet dont elle ignore tout. Côté vie privée, elle est sur le point de déménager rue de Saintonge, dans l'appartement de sa belle-famille. Son enquête va lui faire découvrir qu'une famille juive habitait ce même appartement, que sa belle-famille y réside depuis juillet 42, que Sarah, la petite fille qui habitait là, n'a pas été déportée en même temps que ses parents, qu'elle n'est pas morte dans un camp de concentration.
Julia est bien décidée à retrouver sa trace, quitte à perdre une certaine forme de son ancienne existence.

Le verbe
Elle se débattit de toutes ses forces, bec et ongles, griffant, donnant des coups de pied, et réussit à revenir devant la porte ouverte. Au fond de la cachette, elle aperçut un petit corps immobile et recroquevillé, puis le visage chéri, bleui, méconnaissable. Elle s’effondra en criant. Elle appela dans un hurlement de désespoir, sa mère, son père, Michel. (p.235)
Mon complément
Je suis parfois ainsi : je tourne autour d'un livre, je le regarde, je l'apprivoise, je crains qu'il ne puisse répondre à mes attentes, je suis le contraire d'une impatiente et je mesure cette attente. Ainsi j'ai attendu Sarah, je l'ai rejointe ce week-end et elle a accompagné les premiers jours de cette semaine. Un livre éprouvant, émouvant ; je l'ai déjà dit, je suis une fille sensible.

Je hisse ce roman au même niveau que le "journal d'Anne Franck", avec lequel je vis depuis plus de 30 ans (depuis que je l'ai lu adolescente). Durant plus de la moitié, le roman intercale les histoires comme les panaches d'un éventail. Un chapitre sur deux, nous suivons l'histoire vécue par Sarah ou nous entrons dans le monde de Julia. Ainsi nous oscillons sans cesse entre le passé et ses horreurs, et le présent, dans lequel Julia doit affronter d'autres démons : son mari, qui ne se supporte pas devenir père à l'approche de la cinquantaine, et le secret que sa belle-famille transporte depuis 60 ans et finit par libérer.

4 commentaires:

Florinette a dit…

Tiens, moi aussi, il me faut un certain temps avant de me décider de lire tel ou tel livre, malgré les avis enthousiastes que j'ai pu lire...Je garde un très beau souvenir de ce livre très émouvant et qui m'a donné envie d'en savoir plus sur cette sombre partie de notre histoire...
Bon week-end Wictoria !

Wictoria a dit…

Merci de tes visites Florinette :) là, je vais rédiger ce soir la fiche de ma dernière lecture (prochain billet) et puis je pars en vacances...assez longtemps ma foi.
Je verrai au retour si j'ai le temps de continuer mes fiches, à bientôt !

Anjelica a dit…

Il m'attend mais je ne suis pas encore prête. Je l'ai prêté à ma soeur en attendant...

Wictoria a dit…

Anjelica : je l'ai prêté à une amie en le recommandant chaudement, elle sait déjà qu'il s'agit d'une tragique histoire, reste à ettendre effectivement le bon moment

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.