index des auteurs

La ferme africaine - Karen BLIXEN

Un livre édité en 1937
sous le titre "Den Afrikanske Farm"
506 pages

Le sujet
Karen Blixen a vécu 17 ans en Afrique, au Kenya (de 1914 à 1931) ; elle y possédait une ferme et y cultivait le café dans les hauteurs : les Ngong Hills. Ruinée, elle fut obligée de vendre sa propriété et revint au Danemark, où elle écrivit, entre autres, ce récit. Un livre magique !

Le verbe
J’ai maintes fois vu des girafes arpenter la plaine, avec leur grâce incomparable, quasi végétative, comme s’il ne s’agissait pas d’un troupeau d’animaux, mais d’une famille de rares fleurs colossales, tachetées et montées sur de hautes tiges. (p.30)
Vincent/Africantal

Adieu, adieu. Je vous souhaite de mourir en route, mais de mourir toutes les deux, pour que l'une de vos nobles petites têtes qui se découpent maintenant par-dessus le bord de la caisse dans le ciel bleu de Mombassa ne se retrouve pas seule, à regarder de droite à gauche, à Hambourg, où nul ne sait rien de l'Afrique. (p.396)
Mon complément
Ce livre n'est pas un roman (et n'est pas tout à fait semblable au film Out of Africa).

Tout d'abord, ne vous attendez pas à y découvrir ses histoires de "coeur", car nulle mention de son mari ou de Denys Finch-Hatton en tant qu'amant (du coup je me demande : l'a t'il été ?), mais il est tout de même question de ce dernier à partir de la page 200 (sur 506).

Même si j'aurais préféré un récit chronologique que, personnellement, je trouve plus agréable à suivre, Karen Blixen passe en revue chaque souvenir qui lui tient à coeur, sautant d'une époque à une autre. Il en résulte une succession d'histoires indépendantes, reliées entre elles par le fil de sa mémoire. Chaque souvenir se comporte comme une perle que Karen enfile le long d'un collier imaginaire, le bijou de son destin. Considérant que les chapitres sont rassemblés de manière thématique, ceci entraîne le retour de certains souvenirs à plusieurs endroits, sans toutefois être agaçant, cela ressemble au monologue que tiendrait une vieille dame au coin d'un feu.

L'impression d'ensemble est très puissante ; pour tout dire, j'ai eu un grand plaisir à dévorer ce livre, tel un fauve. Ce qui se détache : la passion, l'amour de Karen pour l'Afrique et les Africains, ses chevaux, ses chiens (des lévriers irlandais), la nature, les animaux, les plantes, les fleurs etc...
Avant de quitter l'Afrique, elle a vendu tout ce qu'elle possédait, la vaisselle, les meubles danois qu'elle avait apporté, comme si elle avait voulu repartir de zéro et ne conserver du passé que ses réminiscences.

J'ai regretté que ce livre ne nous fasse rien savoir de sa vie intime : sa vie de femme, on sait qu'elle est mariée puisqu'elle évoque son mari (sans le nommer d'ailleurs) : il reste donc semblable à une ombre insignifiante. Karen, qui arrive en Afrique dans la trentaine, et en repart vers la cinquantaine, semble avoir eu une vie de nonne. Cela me laisse perplexe.

Evidemment, j'aime beaucoup le style de Karen, mélange de sauvagerie et de précision, un chaud froid qui me ressemble.
J’écrivais dans la salle à manger au milieu des multiples feuilles qui jonchaient la table, car il me fallait aussi régler les comptes et les budgets, et répondre aux petites notes désespérées du contremaître. Mes gens me demandaient ce que je faisais, et quand ils apprirent que j’essayais d’écrire un livre, ils virent cela comme une ultime tentative de nous tirer d’affaire, et ils me demandèrent souvent comment j’avançais. Ils entraient et me contemplaient longuement, leurs têtes sombres se fondaient si bien avec les panneaux foncés de la salle à manger que, le soir, j’avais l’impression d’avoir pour seule compagnie de longues robes blanches suspendues au mur. (p.70)
Pour en savoir plus, et comme recommandé dans la préface par le traducteur Alain Gnaedig, il me reste à découvrir ses Lettres d'Afrique. Je vais prospecter pour me le procurer sans délai, car je suis tombée sous le charme de cette femme, de ce que fut sa vie et la ferme africaine ne dévoile pas tout de la dame.

Et voici, un extrait qui va longtemps m'accompagner, puisque je l'ai écrit sur mon carnet d'écriture :

Lien externe

9 commentaires:

Vincent a dit…

coucou VVic!!!
Merci de me faire cet honneur.
Tu sais qu'au début de mon blog j'ai raconté (en résumé) l'histoire africaine de mon père et de sa mère. Sans le côté "sentiments" c'est un peu la même histoire à la même époque mais au congo belge. Il faudra que je l'étoffe.
merci encore pour la bannière.

Wictoria a dit…

Je serai attentive à ce récit tu le sais !
Je suis heureuse que ma petite composition pour ta bannière t'ai plu :)

Anonyme a dit…

Bonjour,
je cherche à vous joindre à propos d'une opération organisée par le site www.Chez-les-filles.com et une maison d'édition parisienne, pourriez-vous m'écrire à mon adresse suzanne@chez-les-filles.com ?
Cordialement,
Suzanne

Anjelica a dit…

j'avais déjà lu des billets qui expliquaient que le livre était différent du film. Je viens de l'acheter dans une bourse aux livres. Je ne sais pas encore quand je le lirais mais j'espère qu'il me plaira :)

Sophie a dit…

Quel souvenir magnifique que ce livre! Depuis Karen Blixen est un personnage qui me fascine.

Wictoria a dit…

tout comme moi Sophie :)

Wictoria a dit…

ne tarde pas à le lire Anjelica tu ne le regretteras pas car ce roman est sur la corde entre voix intérieure et carte postale. Inoubliable

Malice a dit…

Un livre que j'ai adoré, un immense souvenir de lecture de l'été 2007 :)
Magnifique ! Et tout comme Sophie Karen Blixen qu'elle femme fascinante aux multiples visages.

Wictoria a dit…

Malice
Une femme que je porte certainement en moi :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.