index des auteurs

Le fait du prince - Amélie NOTHOMB


Un livre aux éditions Albin Michel (2008)
170 pages

Le sujet
Un homme décide de prendre la place d'un autre qui est mort chez lui et qui lui ressemble un peu. Dans la maison du mort, il fait connaissance de l'épouse, qui ne se nourrit que de Champagne.

Le verbe
En 1897, une expédition en montgolfière avait commencé par survoler le pôle Nord. A bord, deux hommes et une femme devaient filmer et photographier en vue de travaux scientifiques. Au bout de trois jours, on perdit le contact avec eux, on ne put ni les localiser ni suivre leur trace. Trente années passsèrent. Par hasard, on retrouva leurs cadavres dans un genre de crique où la montgolfière avait chuté. La femme tenait encore la caméra avec laquelle elle avait filmé jusqu'au bout. (p.119)
Mon complément
Etrange livre, à la mesure de cette étrange fille qu'est Amélie Nothomb. Un livre cependant décevant pour ma part. Je m'explique. Dès le début, cet échange d'identité ne me dit rien qui vaille : j'ai flairé l'arnaque. Quelques pages plus loin, à partir de l'arrivée dans la villa de Versailles, j'ai songé à Huis-clos de Jean-Paul SARTRE.

Une ambiance diffuse de malaise, un "en-dehors" du temps et de la réalité, des comportements absurdes pour ne pas écrire anormaux, m'ont fait opté pour cette pente douce que prenait le récit. Un récit de mise en abyme, A.Nothomb en donne d'ailleurs une piste avec la nuisette sur laquelle sont imprimées des nuisettes. Le héros mort s'imagine ne pas l'être et décide que c'est l'autre qui a disparu du monde des vivants. Une mort plus acceptable, mais cousue de fil blanc. Blanc comme cette étendue du pôle Nord ou de la page blanche, qui sait, tout est truqué.

Je reconnais à Nothomb ce qu'elle a toujours eu : l'art d'écrire. Les mots tombent justes, à point, comme un bon steak dans une assiette, mais où est la sauce ? Au final, ce qui aurait pu être un bel exercice de style est creux car il manque quelque chose. Une intention. Un désir de conter une histoire originale et amusante comme avec "Stupeur et tremblements" (1999) que j'ai beaucoup apprécié.

Ici point d'histoire, juste un sacré tour de prestidigitation.

5 commentaires:

Lune de pluie a dit…

Même sensation que toi pour ce livre. C'est un peu le fait d'Amélie Nothomb : plaire, déplaire. J'ai préféré le livre de l'an dernier "Ni d'Eve ni d'Adam" (en fait j'aime ses souvenirs japonais).

Wictoria a dit…

je n'ai pas encore lu Ni d'Eve ni d'Adam, si je le trouve à la bibliothèque, je le prendrai (je ne veux pas trop augmenter ma PAL qui est déjà bien suffisante :)
J'aime moi aussi les souvenirs japonais, vu que j'aime le Japon, j'ai l'impression d'y être un peu, en ce moment, comme je suis en plain "wabisabi swap japonais", je vis un peu à l'heure de Tokyo, et je suis plongée dans les livres de Yoko Ogama (plusieurs critiques à venir...)

Brize a dit…

Comme tu as aimé "Stupeur et tremblements", je suis quasi certaine que tu apprécieras "Ni d'Eve, ni d'Adam" (elle raconte ce qu'elle vit au Japon juste avant l'époque de "Stupeur et tremblements").
Pour "Le fait du prince", j'ai moi aussi noté la vacuité de l'entreprise : il me semble que Mlle Nothomb est du genre élève douée qui se repose sur ses capacités et, du coup, se laisse aller à la facilité. Dommage, car elle a du talent.

Wictoria a dit…

oui Brize, elle a du talent, mais quelle idée de sortir "obligatoirement" un livre chaque année en septembre ? il faut qu'elle prenne du recul avec cette habitude de pondre un truc comme comme on va récolter aux champs, qu'elle pratique la jachère ! :)

Mister a dit…

Ce Nothomb (que j'apprécie en tant que femme, écrivain et personnage) est sur la pile de bouquins que j'ai à lire. Mais les critiques ne me motivent guère... Un jour peut-être...

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.