index des auteurs

L'étrange histoire de Benjamin Button - Francis Scott FITZGERALD

Titre original (amérique) : The curious case of benjamin Button (1922)
une nouvelle parue dans le recueil de nouvelles "les enfants du jazz" (Tales of the Jazz Age)

Le sujet
Benjamin Button vient au monde semblable à un vieillard. Son père est catastrophé, surtout par le "quand dira-t-on" de la société à laquelle il appartient. Puis Benjamin se rend compte qu'il rajeunit chaque jour, sans qu'il puisse rien y faire. Le drame, c'est que chaque génération qui le cotoie, son père, sa femme, son fils, ne lui pardonne pas d'être ce qu'il est.

Le verbe
Il ne se rappelait pas. Il ne se rappelait pas clairement si le lait de son dernier biberon était chaud ou froid, ni comment s'écoulaient les jours. Il ne connaissait que son berceau et la présence de Nana. Puis il n'eut aucune mémoire. Quand il avait faim, il pleurait. Voilà tout. (p.58)
Mon complément
J'avoue, j'ai lu ce livre après avoir été voir le film ; un film dont je n'ai pas encore eu le temps de parler. Nous verrons bien. Pour l'heure, j'ai craqué pour cette courte nouvelle afin de refermer la boucle de cette inspiration : j'étais curieuse de lire le récit qui avait été à l'origine du film, voilà tout. Quelle étrange et fascinante idée de faire vivre quelqu'un à rebours... Je ne vais pas comparer le livre au film, même si c'est tentant. J'ai juste envie de dire que le livre possède une connotation comique que ne possède pas le film.

Le père de Benjamin décide d'éduquer son fils "comme si de rien n'était" : bien que son fils ait l'apparence d'un vieil homme, il l'habille en barboteuse, puis avec des shorts et ne lui autorise les pantalons que lorsqu'il est adolescent, alors que physiquement, son fils a une cinquantaine d'années... Ensuite, les deux hommes se "rattrappent" : on les prendrait pour des frères, pendant ce temps il est noté que la société "oublie", personne ne se rend compte que le fils rajeunit... Benjamin tombe amoureux, il se marie, a un fils : Roscoe. Il continue de rajeunir, bientôt son fils se marie, et lui ressemble au fils de son fils. Inextricable sentiment d'épouvante. La société oublie là encore. Benjamin existe sans exister : il "remonte" à travers le destin de ces concitoyens qui eux cheminent vers la mort, séniles, alors que lui se dirige vers un état embryonnaire.

Ce livre me fait songer à cette magnifique nouvelle qui m'a bluffée l'année dernière : l'automate de Nuremberg de Thomas Day dont je recommande la lecture !

5 commentaires:

Karine :) a dit…

J'ai aussi aimé la nouvelle mais je n'ai pas encore vu le film... bientôt, quand il sera en DVD!

Wictoria a dit…

Quelle chance de découvrir ce film bien à l'abri !
Prépare ta boite de mouchoirs, moi je n'ai pas arrêter de brailler comme un veau qui a perdu sa mère...
J'hésite entre la fatigue du samedi soir et l'émotion, les émotions... Snif.

Jo a dit…

Belle histoire... Triste.
Le fil est, romancé, est très émouvant!
... A voir!

Wictoria a dit…

oui Jo un film bien plus fantastique et triste que le roman, un peu long toutefois, mais superbement joué par Brad Pitt !

Hotpotato a dit…

Très beau livre.

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.