index des auteurs

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - Stieg LARSSON




Le livre
Date de Parution : 2005
Titre original : Män som hatar kvinnor
Editions Actes sud - série Actes noirs
570 pages

Le sujet

Suède. 2003. Le journaliste économique Mikael Blomkvist est embauché par l'industriel Henrik Vander pour écrire la chronique familiale. Ce prétexte sera sa couverture car il doit également tenter de résoudre le mystère de la disparition de sa nièce Harriet voici 37 ans et qui obsède depuis lors le vieux Vander, d'autant que chaque année, il reçoit anonymement une fleur sous verre qui lui rappelle les petits cadeaux qu'Harriet lui faisait.
En échange du travail demandé à Blomkvist , Vander promet de lui fournir des renseignements qui permettront de prouver les malversations de l'industriel Wennerström face auquel Blomkvist vient de perdre un procès en diffamation, ce qui l'a évincé momentanément de Millénium, la revue économique dont il est l'un des fondateurs.
L'étude des archives de la famille Vander met Blomkvist sur la piste d'Harriet. Il sera alors question de nazisme, d'inceste, de tueurs en série organisateurs de crimes à caractère sexuel particulièrement barbares.
Des secrets de famille qui pourraient rester dans l'ombre...

Le verbe

Dans les polars anglais, cela s'appelait new evidence, ce qui avait plus de poids encore qu'une "nouvelle donnée". Il venait tout à coup de voir quelque chose de nouveau, que personne d'autre n'avait remarqué dans une investigation qui piétinait depuis trente-sept ans. (p.301)
Mon complément
Du suspens il y en a ! Bien que je n'ai commencé à trouver de véritable intérêt à l'histoire qu'à partir de la page 114 ; c'est qu'il y a beaucoup de digressions qui, selon moi, alourdissent le rythme de lecture. L'action passée et présente se passe essentiellement sur l'île d'Hedebyön à 3 heures en train de Stockholm.

Avertissement :
Notons que certains passages du livre sont particulièrement violents (il est question de sévices et de viol en tout genre) : un livre à ne pas mettre entre toutes les mains.

Mais l'auteur sait également être amusant, pour preuve les inscriptions sur les t-shirt de Lisbeth Salander, la jeune punk qui aide Mikael à résoudre son enigme, des impressions du genre (je cite de mémoire) : "je peux être ta garce permanente, essaye moi".

Côté gastronomie, nous nous contenterons de quelques viandes accommodées au vin, ou de sandwiches fromage ou au pâté-cornichons et nous avalerons beaucoup de café, y compris du réchauffé, mais aussi de l'aquavit et d'autres substances alcoolisées nordiques dont je ne me souviens pas le nom.

Les livres dans le livre :
Larsson, qui est mort peu après avoir écrit sa trilogie, a mis un peu de lui-même je pense en évoquant les livres qu'il appréciait : il est ainsi question d'Elizabeth George et de nombreux polars en général.

Une lecture qui devient de plus en plus passionnante au fur et à mesure de l'intrigue je l'avoue, mais pas de quoi en faire "tout un plat" : le style est moyen, les nombreuses digressions sont plutôt ennuyeuses.
Pour le moment, je m'abstiens de lire la suite, à moins qu'on ne me prête les livres (celui là est aussi un emprunt que j'ai fait chez une copine).

5 commentaires:

liliba a dit…

J'avais adoré, mais j'émets les mêmes réserves que toi quand au style qui laisse vraiment à désirer (de même que la traduction, vraiment médiocre). Ce qui m'a plu, c'était ce mélange de polar bien troussé mais somme toute assez traditionnel (beaucoup de suspence, un peu de sexe, pas mal de violence, un zeste d'amour)avec justement ces disgressions sur la société suédoises et ses rouages, pays que je ne connais pas du tout, mais que les trois bouquins permettent d'appréhender de façon intéressante.

Lune a dit…

J'ai acheté le premier volume, je ne suis pas parvenue à pénétrer dans cette atmosphère, plus tard peut-être?

Wictoria a dit…

Lune :
j'ai ce bouquin dans ma pal depuis plusieurs mois, j'ai attendu cet été pour y plonger car honnêtement il est super gros et donc lourd, essaye d'arriver à la page 114 :)

Lili :
j'aimerai bien aller en Suède, depuis toujours, heu non, depuis 1974, année pendant laquelle je suis tombée amoureuse de ce pays à cause (grâce) au groupe Abba dont je suis une fan de la première heure, comme beaucoup certes :) j'ai d'ailleurs en prévision d'aller dans ce pays dans les prochaines années, reste à convaincre "Mister Bear", mon petit ours de mari de m'y accompagner :)

MarieBo a dit…

J'ai d'abord vu le film, puis lu le livre.

J'avoue avoir fait du "fast-forward" comme on dit en suédois (hum !) sur les passages soporifiques. C'est tout de même le genre de livre que je lis pratiquement d'une traite, en 1 jour ou 2.

En fait, je suis fascinée par le destin de cet auteur.

Ce blog est superbe. Je me promets d'y revenir régulièrement avec une bonne tasse de thé.

wictoria a dit…

Bienvenue dans ma bibliothèque MarieBo
je n'ai pas osé voir le film, il parait qu'il y a des scènes éprouvantes et j'y suis hyper sensible...

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.