index des auteurs

Le jeu de l'ange - Carlos RUIZ ZAFÓN

Le livre
  • Date de Parution : 2008
  • Titre original : El juego del ángel
  • Traduction française par François Maspero (2009)
  • aux éditions Robert Laffont
  • 544 pages
Le sujet
Barcelone. Les années 20. Le jeune David Martìn succombe aux sirènes de la gloire lorsque, convaincu qu'il a un talent d'écrivain, il se met à croire qu'un jour il pourrait être reconnu. Mais c'est sans compter le milieu qui ridiculise le jeune ambitieux. Ajoutons à cet échec un amour malheureux, et voilà notre homme prêt pour le jeu de l'ange : un jeu diabolique qui consiste à gagner l'estime de certains mais à perdre son âme, peut-être...

Le verbe
J'ouvris les yeux. Des colonnes de pierre grosses comme des arbres montaient de la pénombre vers une voûte nue. Des rais de lumière poussièreuses tombaient en diagonales et laissaient entrevoir des rangées interminables de grabats. Des petites gouttes d'eau se détachaient d'en haut comme des larmes noires qui explosaient au sol en déclenchant un écho sonore. L'ombre empestait le moisi et l'humidité.
- Bienvenue au purgatoire. (p.88)
Mon complément
Un livre reçu "direct" de la maison d'édition Robert Laffont grâce aux volontaires de blog-O-book que je remercie pour cette heureuse initiative qui m'a tout de même empêché de dormir durant 2 nuits ! Il faut avouer que Zafón sait y faire et son 6ème roman est dans la même veine que le précédent que j'ai pu lire : on plonge dans sa prose comme un enfant dans une piscine à balles.

Comme dans L'ombre du vent, il est question du Cimetière des Livres Oubliés la bibliothèque labyrinthique (un endroit qu'il me tarde de connaître), de livres donc, et d'écrivain maudit. Les couvertures des livres sont également dans les mêmes tonalités, avec des enfants (un petit garçon pour L'Ombre, une fille pour L'Ange) menés vers leur destin par un homme, l'auteur bien sûr, le maître des histoires !

Le récit de L'ombre commence en 1945, là où s'achève celui de L'Ange : une sorte de boucle, ou plutôt, une spirale enroulée autour d'un même écho : que ne ferait-on pas pour laisser l'empreinte de son âme quelque part en ce monde ? Mais l'analogie s'arrête là.

Car notre nouveau héros est un nouveau Faust, un candide qui vend son âme au diable, rien de moins. C'est lui qui nous raconte son histoire à partir de ses 17 ans et durant sa descente aux enfers et contre tous.
  • Ce que j'ai aimé :
le style, l'humour (oui, il y en a !), la précision des scènes comme si j'étais aux premières loges, la touche gothique de la mise en scène zafonienne (des bougies, des feuilles mortes, les peaux pâles,...), l'autodérision de l'auteur vis à vis de nombreux thèmes : les succès littéraires, la religion, les croyances etc... Certains passages sont vraiment jubilatoires.
  • Ce que j'ai moins aimé :
Le patronyme du héros : David Martìn (pas assez original et pour nous francophones celui que l'on connait est un cuisinier médiatique..), quelques redondances qui finissent par être fâcheuses, la terrible naïveté de David, si nigaud que son comportement n'est pas du tout crédible, certaines scènes granguignolesques, voire sanguinolentes, le méchant pas si terrible au fond... (je ne peux en dire plus !) et, peut-être, la touche fantastique (là non plus je ne peux en dire plus !).
Malgré ses quelques points négatifs, j'ai quand même passé de bons moments avec ce livre que je recommande aux lecteurs qui aiment le surnaturel et les histoires extravagantes.

16 commentaires:

kathel a dit…

Je suis en train de le lire : assez d'accord avec toi sur les points négatifs, certaines scènes sont un peu répétitives... enfin, mon avis sera à lire bientôt !

larouge a dit…

tes chroniques sont merveilleuses. tu as le talent de donner envie de lire. tu ne peux imaginer combien je t'envie ce savoir faire.

sur mon site il y a silplement des présentations d'écrivains et leurs oevres:
http://ecrivainsargentins.viabloga.com
ça me ferait très plaisir que tu viennes y faire un tour et me dises ce que tu en penses.
je t'embrasse

Ankya a dit…

L'ombre du vent est dans ma LAL :) Je ne connais pas encore cet auteur.

Rethymna a dit…

Comme toi, je l'ai reçu via Blog-O-Book, mais je suis beaucoup plus négative que toi. Je suis à la moitié du livre et, pour l'instant, c'est une grosse déception ...

Daniel Fattore a dit…

Vous fûtes rapide à réagir! J'ai reçu mon exemplaire vendredi (le volume m'a un peu fait peur...), et vais sans doute l'attaquer en début de semaine prochaine. Mais s'il fait passer des nuits blanches, je me réjouis!
En tout cas, merci pour ce billet, qui ne peut que me mettre l'eau à la bouche.

Karine:) a dit…

J'ai bien hâte de le recevoir, ce livre... juste le temps qu'il traverse l'océan et je m'y mets!!! Bon, j'ai mis mes attentes à un niveau raisonnable suite à vos billets!

Miss Alfie a dit…

Il a bien occupé mon dimanche, et je trépigne à l'idée de ne pas avoir le temps cette semaine de le poursuivre !!!

Theoma a dit…

Toujours pas lu le précédent. Tiens un avis mitigé! Finalement, il semble humain après tout Zafon ;-)

Wictoria a dit…

je comprends celles qui trépignent, perso, je l'ai commencé un mardi et je l'ai achevé dans la nuit du jeudi au vendredi (et tout cela sans lire dans ma journée de travail entre 9h00 et 18H00, mais en lisant pendant mon trajet et aussi le soir à la maison, bien sûr)

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis actuellement sur Barcelone et j'aurais aimé faire un "tour" sur les endroits mythique du livre, petit problème, impossible de me rappeler le nom de la rue et le numéro de la maison que David achète, la maison de la tour...
Est ce que quelqu'un qui a le bouquin "sous la main" pourrait m'aider???
Merci beaucoup!
Au passage, petit commentaire sur le livre: j'ai bien aimé, même si il a quelques défauts et qu'il est moins bien que l'ombre du vent...

Wictoria a dit…

merci Ano, hélas, je ne me souviens pas non plus du nom de la rue...

vince a dit…

coucou WIc!!!
je viens de terminer ces deux bouquins et me prépare a acheter le dernier.
j'adore cet auteur qui est tu dois le savoir scénariste. c'est pourquoi le détail tient une grande importance dans son oeuvre.
je suis comme toi. Je le trouve un peu naïf et pas assez méchant.
Et je suis ensorcelé par ses romans. Pourtant je ne les ai pas achetés au "cimetière des livres oubliés".
bisous

Wictoria a dit…

merci Vince, cela fait plaisir de voir qu'on lit encore mes anciens billets de lecture :)

vince a dit…

naturellement Wictoria.
Y a toujours qq chose d'utile et d'instructif dans tes billets.
figure toi que j'ai enfin acheté le bouquin "Marina" une réédition du même auteur et je trouve comme toi qu'il se répète souvent dans ses livres.
les descriptions surtout:
- maison abandonnée
-jardin en friche
-bassins envahies de feuilles mortes et statues renversées.
- visite d'une maison vide dans laquelle il laisse ses traces de pas dans la poussière......
-les gens que rencontrent "l'acteur" sont souvent assassinés après sont passage.

je trouve que le suspense s'émousse après trois livres.

Je vais passer (grâce à toi) à Stephan Sweig. Tu m'en a vraiment donné envie.
Conseilles moi car il semble avoir beaucoup écri.
merci d'avance.
bises

Wictoria a dit…

Vince, tu peux commencer par le "joueur d'échec" : une sorte de huis clos qui te donnera idée de ce que Zweig arrive à traduire rien qu'avec les mots et les intentions...tout est là...et c'est essentiel

vince a dit…

Eh bien merci pour le conseil.
mais j'ai pris chez mon libraire un livret exposant ses œuvres principales. Et vraiment il y a un choix très important.
bises et bonne plage.

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.