index des auteurs

Monestarium - Andrea H. JAPP

Andrea H. Japp

Le livre

Date de Parution : 2007
Editions Calmann-Levy
Mon livre : édition du Livre de poche 2009
279 pages


Le sujet
1605. France, Abbaye de femmes des Clairets (ancien conté du Perche). Plaisance de Champlois, la mère abbesse âgée de 15 ans, doit faire face à plusieurs ennemis : ceux du dehors, qui tentent de récupérer un mystérieux coffre soustrait à un vendeur en Egypte plusieurs années auparavant, et ceux du dedans, les religieuses qui refusent l'autorité qui est devenue la sienne à la mort prématurée de sa mère adoptive, Catherine de Normilly, la précédente abbesse. La révolte couve. Une jeune moniale est retrouvée assassinée, étranglée. Une autre a trouvé refuge dans l'abbaye et cherche l'autre moitié d'un mystérieux dyptique qu'a peint son amant avant qu'il ne meure égorgé. Un secret y est dissimulé. Au moment où Plaisance décide de requérir l'aide du comte Aimery de Mortagne, celui-ci s'invite car il désire enquêter sur les motivations qui ont conduit le vil Monseigneur de Valézan à faire déplacer un groupe de lépreux depuis ses terres, en direction de l'abbaye des Clairets. Comme sur un échiquier, les pions s'avancent, masqués.

Le verbe
Elle tomba à genoux en se cramponnant au rebord de son étroit lit et pria longtemps pour le repos de la petite morte. Un terrifiant chagrin la submergea. Tout cela avait un sens. La mort, le meurtre avaient un sens, sombre et inacceptable, mais compréhensible. Elle devait le comprendre. Il le fallait car alors elle châtierait celui ou celle qui en était responsable, sans une hésitation, sans une arrière pensée. (p.159)
Mon complément :

Avec Monestarium, nous entrons dans l'univers impitoyable du moyen âge : ses guerres, ses famines, ses croyances, ses mortifications. L'intrigue se situe dans l'ancien comté du Perche, pour ceux qui ignorent où cela se situe, c'est entre Chartres et Alençon :

L'excellente Andrea H. Japp nous écrit une sorte de huis clos au coeur d'un monastère imaginaire, mais qui ressemble beaucoup à celui-ci, du moins dans mon imagination :

Abbaye de Sénanque
Les soeurs qui y vivent se "tirent dans les pattes", cherchant parfois autre chose que l'amour de dieu ! J'avoue avoir été très intéressée par la lecture de ce roman, y foumillent nombre détails, la rédaction du carnet de bord de la mère abbesse où elle écrit le quotidien de l'abbaye (dépenses, achats, dons, évènements,...). Nous découvrons aussi le contenu des assiettes :

Clotilde Bouvier avait rivalisé d'inventivité en ce soir de maigre. Une terrine d'oeufs d'assellus au lait fermenté et au vin, servie sur de fins tranchoirs, constituaient le premier service. (p.194)
Nous imaginons le froid qui régnait dans les bâtisses, la faim qui creusait le ventre des petits paysans.
Plaisance savait : certains monastères jetaient leur détritus de nourriture par-dessus leur mur d'enceinte. Ils les lançaient aux miséreux comme à des bêtes. Les affamés se battaient au pied de la muraille pour arracher quelques bouchées, la plupart du temps gâtées. Dans d'autres, les serviteurs de cuisine ou les celliers les vendaient ou les troquaient, contre quelques fretins, ou les charmes d'une gamine, avec l'approbation tacites des frères officiers. (p.253)
Les habitantes des Clairets sont des religieuses bernardines, je suppose que leur vêtement n'a guère changé depuis l'époque :
Soeurs Bernardines
La main d'une moniale dont la robe blanche se confondait avec la neige. Marie-Gillette avança comme dans un rêve vers le corps, escortée par les plaintes sèches des poteries qu'elle écrasait sous ses pas. Figée, elle détailla le visage bleui, les lèvres boursouflées d'un violet presque noir dont sortait une langue gonflée, les immenses yeux bleus ouverts sur le néant... (p.143)
Ce livre est aussi une manière de plonger dans les manigances politique de l'époque : exécutions sommaires pour "raison d'état", crainte du pouvoir de l'église, peur panique d'admettre une autre vérité que ce que disent les écritures saintes. Et j'ai trouvé l'intrigue des plus réussies ! Je recommande ce genre de lecture à ceux qu'une galerie de personnages n'affole pas. Notons , pour une meilleure compréhension du texte et du contexte, de nombreuses explications de bas de page, assortis d'une annexe historique et d'un glossaire à la fin du livre.

Die Nonne im Klostergarten
(La religieuse dans le cloître) par Max Gabriel (1869)

14 commentaires:

liliba a dit…

Pas étonnant que la rédaction d'un billet puisse te prendre deux heures, c'est passionnant, et superbement illustré, bravo !!! Je note ce livre qui me tente énormément, merci pour cette découverte !

Wictoria a dit…

j'aime bien parler des livres que j'ai aimé, et même de ceux que je n'ai pas apprécié, dans mon entourage, mes collègues ont le débriefing en direct : tu imagines ? j'ai toujours beaucoup parlé des films et des livres que je connais, j'ai de plus une grande mémoire (pour ce qui me plait uniquement)

line a dit…

j'ai beaucoup aimé ce livre.

Anjelica a dit…

je le note grâce à ton billet alors que je n'ai pas du tout été convaincu par le seul que j'ai lu de cette auteure.

vince a dit…

non!!!! mais!!!!!
comment tu fais WWic?
j'arrive pas à suivre!
tu dévore! tu as des "nègres" pour t'aider dans cette tâche?
Chapeau!

Angélica :

"Auteure"????
quel drôle de mot. Même un féministe comme moi ne goûte pas ces féminisation systématique des
noms.
Lieutenante me hérisse,
madame la juge me noue les tripes,
colonelle me fait penser à la femme de l'officier supérieur,
générale à un spectacle pour favorisés
commandante à une insulte dans les cours de récrée (fais pas ta commandante!!!)
Par ailleurs le correcteur me refuse le féminin.
Auteure..... :o((( ça sonne pas français.
bon j'arrête sinon les chiennes de garde vont me tomber sur le râble et je cours pas assez vite.

ben voilà j'ai trouvé. ce livre serait un "pendant" féministe du "nom de la rose".

Sympa ton billet.
bisous
;o)

wictoria a dit…

VINCE : tu me fais de la peine Vince, si si : je t'ai déjà répondu qu'avec mes 3 heures de trajets quotidien, j'avais bien le temps de lire (et celui de ne rien faire) donc, pas besoin d'aider pour cette entreprise qu'est la lecture qui est un peu ma bouffée d'air dans une journée longue et fatigante...

vince a dit…

je sais que tu m'as répondu!!!
mais tu m'épate à chaque fois! je te jure.
mais même avec de longs trajet dans des embouteillages tu as le temps de lire????
je t'admire. Mais te fâche pas. :(

wictoria a dit…

Vince je ne suis pas fâchée :) je ne suis pas dans les embouteillages : je prends le bus et le train

vince a dit…

mais! je sais ça aussi WIC.
Mais le bus emprunte aussi les embouteillages parfois.
Et je sais que tu n'est pas fachée. :)

Theoma a dit…

Pour info, j'organise un nouveau challenge susceptible de t'intéresser car il répertorie les coups de coeur de la blogosphère...@ bientôt !

Wictoria a dit…

merci Théoma, je passe mon tour sur les challenges, je n'ai pas du tout de temps pour m'y consacrer, mais je suivrai modestement les réactions des unes et des autres :)

vince a dit…

Coucou Wic!!
j'ai fini ce bouquin en une petite semaine.
j'ai beaucoup aimé cette atmosphère qui règne entre ces murs.
la lecture c'est vrai n'est pas facilitée par le nombre incroyable de personnages qui vont et reviennent alors qu'on les avait oubliés.
on est obligé de revenir sans cesse sur les pages d'introduction pour voir qui est qui et où sommes nous. dommage que ces informations n'aient pas été données sur une page à déplier sans avoir à revenir en arrière.
c'est un excellent livre malgré tout et le suspense règne du début à la fin.
bonne semaine
bises

Wictoria a dit…

je suis d'accord Vince : moi j'avais noté les noms des bonnes soeurs sur un post it :)

vince a dit…

coucou WIC!!
je ne l'avais pas fait cette fois-ci car je l'avais fait pour "RAISONS ET SENTIMENTS" le pavet
de Jane Austen sur un bristol (normal) et ça n'avait servi à rien car certains personnages ne réapparaissaianet pas.
Bonne semaine WIC

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.