index des auteurs

Le poète - Michael CONNELLY




Le livre

Date de Parution : 1996
Titre original : The poet
Editions du Seuil pour la France
Traduction par Jean Esch
540 pages


Le sujet

Etats Unis. Années 1990. Un journaliste cherche à comprendre le suicide de son jumeau et découvre un lien entre une série de meurtres de policiers déguisés en suicides. Ceux-ci enquêtaient tous sur des assassinats particulièrement horribles, parfois commis sur des enfants. Tous les policiers ont laissé en guise d'adieu un extrait de poème.

Le verbe
La nuit, le fantôme qui me hante le plus est le mal enfoui en moi qui me conduisit un jour à douter de la chose dont j'avais le plus envie.
Mon complément

Trop beau ! trop TOUT ! Un livre qu'on lit debout sous la pluie, la nuit, dans le bruit, peu importe au fond, car nous ne voyons rien d'autre. Une enquête qui tient la route, avec des rebondissements "at the end". J'ai trouvé amusant les détails concernant les transmissions de données : il faut dire qu'en 1996, internet n'était pas aussi "naturel" que maintenant. Peu de particuliers avaient le matériel pour envoyer et recevoir des fichiers, de quelque nature que ce soit.

- Vous savez ce qu'est un appareil-photo numérique ?
- Oui. C'est un appareil sans pellicule. Ils les ont essayé au journal.
- Exact. Pas de pellicule. L'image prise par l'appareil est enregistrée sur une puce et elle peut ensuite être visionnée sur un ordinateur, agrandie, retouchée, etc., et imprimée. En fonction du matériel dont on dispose- en l'occurence, on a ce qui se fait de mieux, avec un objectif Nikon - on peut obtenir des photos d'une grande perfection. Plus vraies que nature.
J'ignore si, dans la réalité, un journaliste pourrait participer à une enquête menée par le FBI,comme le fait Jack McEvoy, mais ce détail laissé de côté, on y croit ! d'autant que Jack est un homme des plus perspicaces et attachant. Un intègre, qui va jusqu'au bout pour découvrir la vérité, ce qui n'est pas sans me déplaire.

Mon frère jumeau. A-t-il regardé les yeux de son meurtrier au dernier instant ? Et y a-t-il vu la même chose que moi ? Y a-t-il un Mal aussi pur et ravageur qu'une flamme ? Je continue de porter le deuil de Sean. Je le porterai toujours.
Liens externes

7 commentaires:

kathel a dit…

Très bon souvenir de lecture qui m'a poussée à enchaîner les romans de cet auteur, surtout ceux avec Harry Bosch, excellents !

Angelina Jelis a dit…

Trés bon souvenir en effet. J'ai découvert Connelly il y a un ou deux ans avec un grand plaisir. Je suis moi aussi en train de m'enfiler la serie Hary Bosch, je ne m'en lasse pas.

George a dit…

Connelly est un poète du polar ! j'adore également notamment les enquêtes menées pas Bosch...

Anjelica a dit…

je note même si un autre Connely ne m'avait pas convaincu ;)

Wictoria a dit…

je ne vais certainement pas m'arrêter là mesdames !! j'ai hâte de faire connaissance avec ce fameux Harry :)
Anjelica : le polar est mon genre préféré, pas facile de trouver des héros qui sont assez bien fait pour qu'on ait envie d'y retourner :)

Béné a dit…

Le seul que j'ai lu de l'auteur et j'ai trouvé ça génial!!!

Wictoria a dit…

Béné : j'ai choisi ce titre par hasard, à la gare Montparnasse en attendant mon train : parmi tous les polars disponibles en poche, c'est cette histoire qui me plaisait le plus.

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.