index des auteurs

Déloger l'animal - Véronique OLVALDÉ




Le livre
Date de Parution : 2005
Editions Actes Sud
Mon livre en édition J'ai lu, 2009, 150 pages


Le sujet

Camerone (Mexique ?). De nos jours. Malgré ses quinze ans, Rose est une enfant dépendante de sa mère qu'elle vénère, une mère funambule sur un étrange fil de vie, une mère-enfant qui vend des bonbons et qui semble vivre à côté d'elle sans la voir. Une femme-enfant qui passe ses soirées entourée de musiciens.
Rose est différente et fréquente l'institut, un endroit déprimant pour elle qui aime tant vivre sur la terrasse ensoleillée et observer à longueur de journée les lapins qu'elle y élève.
Puisque sa mère ne la voit pas, Rose se jette par la fenêtre, se retrouve à l'hôpital et lorsqu'elle sort, sa mère n'est plus là. Disparue. Rose va chercher à recoudre le souvenir de sa mère et de son vrai père. Questionnant tour à tour son beau-père Monsieur Loyal, le directeur de cirque qui n'est autre qu'une boîte de nu, ou bien la vieille voisine du dessous, madame Isis avec laquelle elle aime aller déjeuner, Rose imagine la jeunesse de sa mère et de celui qu'elle imagine être son vrai père. Elle colmate les brèches de sa vie par une couche de fantaisie, une mère étouffée par une famille marginale, un père amoureux. Que leur est-il arrivé ? Est-ce que Rose pourra comprendre le fin mot de cette histoire et enfin s'épanouir ?

Le verbe
Un soir Monsieur Loyal est rentré trop tôt.
Moi j'étais au lit dans ma chambre minuscule avec sa toute petite fenêtre grillagée (ce n'était pas une chambre me semblait-il, mais bien un garde-manger, un lieu où l'on avait jadis entreposé des jambons et des pommes de terre parce qu'il y faisait sec, frais et sombre, et où l'on m'avait rangée pour les mêmes raisons, c'était, disait maman, le meilleur endroit de la maison). Je dormais et ce furent les éclats de voix qui venaient du salon qui me réveillèrent. (p.29)
Mon complément

Mon premier Ovaldé. Voilà un livre comme je l'imagine, impudique, imprudent, impromptu, impitoyable. Comme un conte : une enfant qui ne fait pas son âge : comment pourrait-elle grandir normalement alors que sa mère ne la voit pas, ne lui donne pas la place de s'envoler, comment pourrait-elle grandir et sortir de sa réserve, de son monde, elle est très bien comme cela, comme dans un cocon.
Puis la mère disparaît. Un jour, elle n'est pas là, le père imagine qu'elle a pris ses cliques et ses claques, qu'elle a eu envie de reprendre sa liberté, mais Rose n'est pas d'accord. Sa mère ne l'aurait jamais, jamais abandonnée.
Alors Rose cherche ce qui est arrivé à sa mère. Qu'a-t-elle lu dans le journal qui a bien pu la mettre dans un état de torpeur si effrayant ?
Rose accumule des preuves, des bouts de vérités. Elle brode sa version des choses sur une histoire toute effilochée. Rose n'est pas bête : elle se cache dans sa peau de petite fille attardée et sujette aux crises, mais Rose est forte. Elle veut savoir. Elle saura.

J'ai beaucoup aimé ce roman. J'aime tout : le style, l'originalité, les expressions, les images... tout.

J'ai noté une chose très singulière (plusieurs choses mais elles ne me viennent pas spontanément à cet instant) : il y a une étrange similitude entre la description de la chambre de Rose au début du livre (voir l'extrait) et l'endroit où sa mère est finalement retrouvée. Je n'en dis pas plus, au risque de révéler la chute.
Ceux qui ont lu le livre se souviendront.
Pour les autres, je ne peux que vous convaincre de tenter le voyage : c'est 4,80 € seulement en collection J'ai lu : n'hésitez plus !

4 commentaires:

Malice a dit…

Ah ! et bien tu me donnes drôlement envie là !

Wictoria a dit…

Alice, cette fille a vraiment quelque chose de spécial. Je vais m'efforcer de vaincre un peu ma pal avant de reprendre d'autres livres, mais il y aura une autre lecture de Ovaldé en 2010 :)

Karine:) a dit…

Moi aussi tu me donnes très envie... pourtant, je n'étais pas super tentée par cet auteur avant!

liliba a dit…

Je note également ! Et la couverture est superbe... comment résister...

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.