index des auteurs

Sur la route à dix-huit ans - Yu HUA




Le livre
:
Date de Parution : 2009
Editions Actes sud pour la traduction française
Traduit par Jacqueline Guyvallet et Angel Pino et Isabelle Rabut
180 pages
19€

Le sujet
:
11 nouvelles.
Chine.

1. Sur la route à dix-huit ans
Un garçon de 18 ans marche sur une route à la recherche d'une auberge, se fait prendre en stop par un routier lequel se fait dépouiller de son chargement de pommes par de féroces villageois qui finissent par lui voler son sac à dos.

2. Un midi où hurlait le vent du nord-ouest
Un jeune homme est emmené de force au chevet d'un inconnu et se retrouve lié à la mère éplorée qui le prend pour son nouveau fils.

3. Récit de mort
Un homme ayant causé la mort accidentelle d'un enfant s'est enfui et reste hanté par ce souvenir quand la même chose se reproduit, il s'arrête alors pour porter le corps de l'enfant qu'il vient d'écraser au village où il se fait massacrer.

4. Passé et châtiment
Un homme rencontre un expert en châtiments qui lui propose d'exercer sur lui un châtiment jamais expérimenté qui va lui procurer la paix.

5. Fleurs de pruniers ensanglantées
Equipé de l'épée aux fleurs de pruniers, un fils part à la recherche des assassins de son père, rencontre en chemin ceux qui vont être les acteurs de sa vengeance.

6. Histoire de deux êtres
Le jeune Tan Bo et son amie Lantua se racontent leurs rêves depuis leur plus tendre enfance, ils sont vieux à présent et leurs rêves divergent.

7. Prédestination
Liu Dongsheng et Chen Lei sont amis depuis qu'ils ont 6 ans, lorsque Chen Lei meurt assassiné dans l'ancienne demeure familiale des Wang, Liu Dongsheng se souvient du soir où, enfants, ils avaient voulu pénétrer dans cette même demeure déserte, dont ils s'étaient enfuis en entendant un mystérieux appel au secours.

8. Je n'ai pas de nom à moi
Un garçon simple d'esprit orphelin grandit dans un village où seul M. Chen le pharmacien lui témoigne de l'attention et connaît son prénom. Un jour, il se lie avec une petite chienne, bientôt massacrée par d'anciens camarades d'école.

9. Un jeu plein d'entrain
Chaque jour, un couple accompagne son petit garçon devant l'hôpital dans l'attente d'un lit. En face, le vendeur de fruits observe leur manège et leurs délicates habitudes.

10. J'ai un sang de navet
Yang Gao a toujours été peureux mais se contente de son sort. Il devient très vite le souffre-douleur de ses camarades d'école, puis d'usine.

11. L'enfant dans le crépuscule
Un vieux vendeur ambulant martyrise un petit mendiant.

Le verbe :
Il expliqua à l'étranger qu'il avait consacré dix ans d'efforts à ce châtiment, et que pour cette raison il était hors de question qu'il l'abandonne au premier venu. Le premier venu, en l'occurrence, désignait l'étranger.
L'étranger écouta et sourit. C'était un sourire noble, qui réussit à dissimuler les craintes qui emplissaient alors le coeur de l'étranger. Ce sourire signifiait qu'il avait le sentiment que ce châtiment n'était pas aussi parfait que l'expert en châtiments voulait bien le dire, et qu'il lui semblait comporter une faille.
(p 59)
Mon complément :

Un livre "coup de coeur" de librairie : aperçu sur une table, j'ai été attirée par la couverture, puis le résumé au dos, qui ne dit pourtant pas vraiment à quel point noires sont ces 11 histoires. Noires comme la mort et l'inconscience.

Nos personnages sont confrontés à des gens qui n'ont rien de particulièrement effrayant, des monsieur ou madame Toulemonde qui se révèlent, à la suite de la douleur de l'absence, de la mort, de la privation, d'une cruauté insoupçonnable, que celle-ci soit mentale (Un midi où hurlait le vent du nord-ouest), physique (l'expert en châtiments, L'enfant dans le crépuscule, Je n'ai pas de nom à moi, J'ai un sang de navet). D'autres suivent une route sur laquelle ils n'ont que peu d'influence (Prédestination, Histoire de deux êtres, Récit de mort) comme s'ils étaient soumis à une chose infiniment plus forte que leur volonté. Enfin, certains héros sont ballotés par le destin et se retrouvent face à la mort (Fleurs de pruniers ensanglantées, un jeu plein d'entrain).

Un livre qui vous prend le coeur face à ce chaos humanitaire d'histoires qui n'ont rien de fictives puisqu'elles traduisent la condition humaine dans ce qu'elle a de plus effrayant.

Chaque route a sa part d'ombres, aussi dégagée et tranquille soit-elle, elle cache des ornières remplies de fatalité.

Une intéressante lecture qui change de tout ce que j'ai pu lire jusqu'à présent.

7 commentaires:

framboise a dit…

Chère Wictoria,

Merci de ton passage après mes longues absences.

Je te souhaite pour 2010, d'aller de découvertes en découvertes, d'étonnements en émerveillements, de petits riens tout simples qui se métamorphosent en grandes joies.
Bises

Mango a dit…

Ce livre me fait très envie et je suis contente que tu l'aies apprécié! J'ai lu "Brothers" de ce même auteur et je suis restée très impressionnée par cette lecture totalement nouvelle pour moi! J'en ai d'ailleurs fait mon coup de cœur de 2009 pour le challenge en question!

Muse a dit…

sans doute aussi très dépaysant...l'écriture nous conduit dans des contrées si différentes mais aussi au coeur d'êtres si différents...

Lancelot a dit…

Salut Wictoria, Un petit saut pour te souhaiter une bonne et heureuse année remplie de succès pour tes billets. Sans oublier bonheur joie et santé à toi et ta famille. Bises.

Wictoria a dit…

Framboise
cette année s'annone pleine de changements ! j'en dirai plus prochainement...

Mango
il y a tellement de livres à lire, que je ne compte plus désormais que sur ma bonne étoile...

Muse
en fait ce livre pourrait parler de tout les pays où les hommes sont opprimés, enfin, ce que moi j'appelle opprimé...

Lancelot
bonne année à toi aussi my friend, le temps passe, je suis toujours là :)

liliba a dit…

Décidément, ce livre-là aussi me plait... Ce n'est donc pas en venant te lire que ma PAL va diminuer !!!

Wictoria a dit…

ah ah tu me fais rire, en fait, j'ai fini et démarré l'année avec des nouvelles, c'est un genre que j'aime beaucoup, je ne suis pas trop fan des "pavés" sauf si l'histoire est originale... Du coup, ces bouquins se lisent assez rapidement. Mais lç, j'ai commencé un gros polar, je ne pense pas qu'il soit fini demain :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.