index des auteurs

Le voyage de l'éléphant - José SARAMAGO




Le livre
:
Date de Parution : 2008
Titre original : A viagem do elefante
Editions Caminho (Portugal)
Paru en Français en 2009 aux éditions du Seuil
Traduction par Geneviève Leibrich
215 pages

Le sujet
:
1551-1553, de Belem à Vienne, l'épopée de l'éléphant Salomon offert par Joao III, le roi du Portugal à Maximilien, l'archiduc d'Autriche.
Le cortège qui accompagne le pachyderme, composé de la suite autrichienne, des hommes de main, de la garde militaire et de Subhro le cornac, va devoir affronter le désert, la mer, les montagnes avant de parvenir à destination au rythme du pas pesant mais néanmoins optimiste de Salomon, rebaptisé Soliman par ses nouveaux propriétaires.


Le verbe :
Qu’en pensez-vous, quelle idée vous suggère cet animal, se décida enfin le roi à demander au secrétaire, dans sa recherche d’une planche de salut qui ne pouvait venir que de ce côté-là, La beauté ou la laideur, sire, sont seulement des notions relatives, pour la chouette même ses petits sont beaux, ce que je vois ici, pour prendre ce cas particulier d’une loi générale, c’est un exemplaire magnifique d’éléphant asiatique, avec tous les poils et toutes les mouchetures imposés par sa nature et qui enchantera l’archiduc et éblouira non seulement la cour et la population de vienne, mais aussi les gens du commun partout où il passera. Le roi soupira de soulagement, Je suppose que vous avez raison, J’espère avoir raison, sire, si de l’autre nature, la nature humaine, j’ai quelque connaissance, et si votre altesse me le permet, je me hasarderai aussi à dire que cet éléphant avec ses poils et ses mouchetures va se transformer en un instrument politique de premier ordre pour l’archiduc d’Autriche, s’il est aussi astucieux que ce que j’ai pu déduire des preuves qu’il a fournies jusqu’à présent, Aidez-moi à descendre, cette conversation me donne le vertige. Avec l’aide du secrétaire et des deux pages, le roi réussit à descendre sans difficulté majeure les quelques échelons qu’il avait gravis.
Mon complément :
Voilà exactement le genre de livres qui fait plaisir à lire, qui "respire" l'intelligence, le goût, la dérision, le tout dans un emballage digne de ce nom : un roman épique où chaque page recèle un trésor, si ce n'est une perle.

Nous découvrons l'aventure selon le point de vue d'un narrateur omniscient : nous connaissons le passé, le présent ; les précisions ainsi apportées soulignent l'ironie de situation, ou la tragédie d'une autre.

Si le fond est riche en réflexions et pensées, José Saramago nous offre une forme assez singulière, laquelle peut surprendre, voire troubler ; je me suis pourtant assez vite habituée à faire ma petite gymnastique car la ponctuation est fantaisiste (je serais curieuse de connaître la raison de ce choix) :
  • il n'y a aucune majuscule, exception faite en début de phrase : les noms propres en sont donc privés,
  • il n'y a pas de retour à la ligne lors d'un changement de personnage, même pour les dialogues.
Enfin un mot sur le fond de cette histoire pour le moins étonnante : un tel voyage s'est-il réellement produit comme l'indique à la fin du livre José Saramago ? Je veux y croire. C'est une très belle histoire toute en finesse d'observation des moeurs de cette époque, et des suivantes...

Liens externes :

6 commentaires:

kathel a dit…

J'ai adoré du même auteur Les intermittences de la mort et L'aveuglement... On s'habitue à son style particulier, mais surtout, quelle finesse !
Je lirai celui-ci, bien sûr !

Wictoria a dit…

je pense lire d'autres romans de cet auteur, ce sera un peu comme un cadeau que l'on s'offre après quelques "déconvenues" :)

Lucie a dit…

J'aime beaucoup Saramago mais, effectivement, il faut se fondre dans son rythme bien particulier, un peu comme une histoire qui nous est racontée à voix haute...

Wictoria a dit…

et bien moi, je ne le connaissais pas du tout avant de lire un petit article dans un journal gratuit distribué dans le métro, comme quoi la culture se trouve partout !

Roberto a dit…

Depuis que j'ai lu la pensée suivante de Saramago sur Le Magazine Littéraire de Mars 2010, je suis devenu un lecteur très intéressés de lui:

"Oui, je suis profondément athée, et pour mille raisons. Je rappellerai seulement l'une d'entre elles. Pendant l'éternité qui a précédé la création de l'univers, Dieu n'a rien fait. Ensuite, on ne sait pas pourquoi, il a pris la décision de le créer. Il l'a fait en six jours, le septième, il s'est reposé. Et il l'a continué à se reposer jusqu'a maintenant, et il continuera à se reposer pour l'éternité. Comment peut-on croire en lui?"

Ceci est mon troisième livre de Saramago.

Wictoria a dit…

merci Roberto ! (je pense à peu de choses près comme lui)
je poursuivrai la lecture de Saramago moi aussi avec d'autres titres.

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.