index des auteurs

L'Enterrement de Roger Malvin - Nathaniel HAWTHORNE

et autres contes étranges




Le livre
:
Traduction française par Henri PARISOT
FLAMMARION, coll. L'Âge d'or, 1977
150 pages





Le sujet :
3 contes rassemblés dans ce volume

1 - L'Enterrement de Roger Malvin (Roger Malvin's burial) 1832
Après une éprouvante bataille, Roger Malvin s'étend sous un arbre et ne se relèvera plus. Il implore son compagnon de partir chercher du secours, ou de le porter en terre. Bien que blessé, le jeune Reuben parvient au village mais, enfermé dans un mensonge, il lui est impossible de partir à la recherche de Malvin.

2 - La Tache de naissance (The Birthmark) 1843
Aylmer, une sorte de savant fou et un peu alchimiste décide d'ôter du visage de sa femme Georgiana une étrange tache de naissance qui a la forme d'une petite main.

3 - L'Artiste du beau (The Artist of the Beautiful) 1844
Un jeune horloger cherche le bonheur dans la satisfaction d'imaginer et de créer un merveilleux papillon mécanique.

Le verbe :
Tout en parlant, il posa sur la table ce qui paraissait être un écrin à bijoux. Il était d'ébène, richement sculpté de sa propre main, et inscusté de motifs de nacre représentant un peti garçon à la poursuite d'un papillon qui, plus loin, était devenu un esprit ailé et volait vers le ciel, cependant que le petit garçon, ou l'adolescent, avait trouvé tant de force dans son vif désir, qu'il montait de la terre vers les nues, et des nues vers l'atmosphère céleste, pour s'y emparer du Beau.
(p 146)
Mon complément :
Impossible de lire Auster sans y trouver Hawthorne, à tel point que je pensais que Hawthorne était - encore - un personnage de fiction. C'est donc pour prolonger l'univers d'Auster que j'ai eu envie de lire Hawthorne, et l'occasion m'en a été donnée en découvant ce livre par hasard.

une vieille édition dédicacée par le traducteur
(Hawthorne est mort en 1864, soit 100 ans avant ma naissance !)

Ces trois récits ont comme point commun le doute, l'obsession. Nos personnages se battent contre le temps, la nature, contre la terre qui les attirent alors qu'ils rêvent du ciel.

Dans le 1er récit, face à l'incertitude de la mort de son vieux compagnon d'armes, Reuben ne peut trouver de repos parce qu'il n'a pas tenu sa promesse. Son destin le porte inexorablement vers la dépouille impatiente.

Dans le 2ème récit, un docteur génial est contrarié par l'imperfection que porte sur la joue sa très jolie jeune femme. Il n'a de cesse de trouver le remède qui fera disparaître cette horrible marque et doute de ses capacités, tandis que sa femme qui lui fait entière confiance est prête à tout pour lui faire plaisir.

Dans le 3ème récit, le jeune Owen désire plus que tout parvenir à créer le Beau, et passe jours et nuits à imaginer un frêle papillon.

C'est un ouvrage délicat, dit l'artiste avec calme. Comme je vous l'ai dit, il est imprégné d'une essence spirituelle - appelez cela magnétisme, ou ce que vous voudrez. Dans une atmosphère de doute ou de moquerie, son exquise sensibilité souffre le martyre, comme le fait l'âme de celui qui lui a instillé la vie.
(l'Artiste du Beau)
Trois contes merveilleux, j'ai un faible pour le dernier ! Vraiment très exceptionnel : une prose délicate sans mièvrerie, redondance, lourdeur, comment dire cela... c'est superbe, un enchantement.

Il y avait cet encart dans le volume que j'ai trouvé :

(clic pour agrandir l'image)

Une chose est sûre, Hawthorne m'intéresse !

4 commentaires:

Malice a dit…

Moi aussi c'est un auteur qui m'intéresse bien mais encore rien lu ! Et oui, j'ai repéré que Paul Auster aimait cet auteur ;-)

Wictoria a dit…

oui ! et j'aimerai bien lire le fameux "Fanshawe" si utilisé par Auster ; je l'ai trouvé sur internet en téléchargement libre en anglais aie il va falloir que je m'y mette sérieusement !

aventuresheteroclites a dit…

Je n'ai jamais lu ses nouvelles mais il est plus connu pour son roman "The Scarlet Letter" (La Lettre Ecarlate) qui est un chef d'oeuvre de la litté américaine du 19ème. Je l'ai lu il y a quelques années et j'en ai gardé un excellent souvenir.
x

Wictoria a dit…

"La Lettre Ecarlate" est d'ailleurs souvent mentionnée par Auster dans ses romans

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.