index des auteurs

Ce que le jour doit à la nuit - Yasmina KHADRA



Le livre

Editions Julliard
2008
400 pages


Le sujet
Younes, un jeune arabe, arrive à Oran et découvre la misère, l’amitié, les trahisons, perd sa famille, en trouve une nouvelle, découvre l’amour dans les bras d’une belle femme, rencontre son seul amour en la personne de la fille de cette même femme qui lui fait jurer de ne jamais approcher sa fille, se lie d’amitié avec trois garçons que la vie se chargera de transformer en ennemis parfois, traverse la guerre des années 60, et se remémore toutes les brûlures et si peu de baume pour calmer celles du remords.

Le verbe
Né au cœur des champs, je retrouvais un à un mes repères d’antan, l’odeur des labours et le silence des tertres. Je renaissais dans ma peau de paysan, heureux de constater que mes habits de citadin n’avaient pas dénaturé mon âme. (p 123)
Mon complément
Le sujet en détail (spoiler !!)
Younes/Jonas, le narrateur a 10 ans lorsqu’il quitte le bled pour Oran avec sa famille après la destruction de leur future récolte de blé. Issa le père est un homme têtu et fier qui refuse l’aumône que lui offre son frère Mahi. La mère est une femme effrayée et soumise et la petite sœur de 7 ans sourde-muette. Ils s’installent dans le quartier de Jenane Jato qui équivaut aux bas fonds d’Oran. Lorsque le père qui s’épuise à faire vivre sa famille consent à confier Younes à son frère pharmacien et à Germaine sa femme, le jeune Younes pénètre dans le monde douillet du confort, de la faim rassasiée et de l’instruction. Il se lie d’amitié avec trois garnements de son école : Jean-Christophe, Simon et Fabrice. L’amour va les séparer en la personne d’Emilie, une jeune fille qui réapparaît dans la vie de Younes, celle-ci n’a jamais oublié le jeune garçon qui lui avait offert une rose : la belle Emilie, d’abord convoitée par Fabrice, puis Jean-Christophe n’aime que Younes qui ne peut, suite à une promesse, lui avouer la réciprocité de son amour sans trahir le lien qui lie Younes à la mère d’Emilie : ils ont fait l’amour autrefois. Ce drame va les séparer à jamais. Emilie épouse Simon. La guerre éclate et avec elle les atrocités explosent comme des fruits pourris. A chaque fois que Younes se trouve face à Emilie, celui-ci se trouve incapable d’avouer son secret. Après l’avoir perdue de vue, il finit par retrouver sa trace mais elle vient de mourir. Nous sommes en 2008. Depuis le temps, les hommes se sont arrangés comme ils le pouvaient face à leur destin, en choisissant ou en subissant leur sort.

Mon impression d’ensemble
J’ai bien aimé la première moitié du livre mais mon enthousiasme est légèrement retombé lorsque j’ai compris que Younes en resterait à son statu quo avec la belle Emilie et cela m’a contrariée, je l’avoue, car après tout, j’aime que les histoires tournent bien. Mais le pire pour moi, c’est qu’Emilie ne sait même pas pourquoi son cher Younes la repousse et là, vraiment j’ai trouvé ce destin super énervant.

Bref, passons ce côté Roméo Juliette de l’impossible et allons voir le côté plus philosophique de la chose. Car ce n’est pas qu’une histoire d’amour évidemment, cet amour contrarié est le prétexte à une contrariété plus profonde, ancrée dans le cœur des hommes comme une racine malmenée qui peine à survivre sans ce qu’il faut à son rêve.
Drame des familles, drames des couples, drames des communautés, drames des classes sociales, la misère et l’opulence comme deux siamois monstrueux et inséparables.

Dans la seconde moitié, le conflit de l’Algérie est abordé, sans entrer dans les détails -on peut lire sans crainte-, mais on se peut se faire une idée du pourquoi du comment car il s’agit d’un roman et celui-ci met en scène les protagonistes : les résignés et les révoltés, les tyrans et les exploités, les autochtones et les colons.
Chacun est certain d’avoir raison et tout le monde perd.

Mais au delà de l’amour et de la guerre, j’ai pu lire un livre magnifique : une belle prose qui vous emporte dans son sillage : qui vous soulève le cœur, qui vous faite rire ou pleurer. Une prose qui vous parle d’un pays : l’Algérie, infiniment cruelle et délicieuse, telle une amante aveugle et imperturbable qui poursuit son destin.

Il manque tout le pan d'histoire de Younes et de la femme qu'il finit par épouser... mais bon, on ne peut pas tout avoir !

Ce livre a été emprunté à des amis alors que, de passage chez eux, je n’ai pu m’empêcher de loucher sur les étagères de leur bibliothèque toujours à l’affût d’une curiosité ou d’une surprise. Pour ce livre, la curiosité m’a poussée à en demander l’emprunt car sans savoir quelle en était l’histoire j’étais seulement désireuse de vérifier par moi même en quoi ce livre était recommandable : j’avais passé mon chemin lors de la sortie car j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’un roman sur la guerre d’Algérie, et moi, je n’aime pas les livres de guerre. J’avais tort, ce livre parle de la paix, de celle que l’on retrouve au fond de soi lorsque les démons que l’on a couvés retournent au néant.

5 commentaires:

Kathel a dit…

Si ce n'est pas un livre sur la guerre, alors, pourquoi pas ?

Malice a dit…

Quand j'étais au Salon du livre avec Holly, nous avons assisté à une rencontre avec lui Yasmina Khadra. Je n'ai pas lu ce roman mais de cet auteur j'ai lu de lui un livre sublime "Les Hirondelles de Kaboul". Ton billet m'interpelle et donne envie en tout cas ;-)

Lucie a dit…

J'aime beaucoup l'écriture de Khadra et celui-là m'avait vraiment complètement happée. Sinon, L'attentat est un incontournable.

vince a dit…

coucou belle expatriée (presque)!!!!

j'aime bien cet auteur. Il a osé décrire une page tragique de l'histoire de son pays, mais il faut reconnaitre qu'il ne s'est pas mouillé pour donner son avis sur la période.
En l'achetant je voulais prendre connaissance de l'avis d'un Algérien sur la période.
mais:

- les blancs sont relativement gentils avec l'aborigène qu'il est et ses semblables. Même le riche pied noir.
- les agitateurs ne sont évoqués qu'avec beaucoup de flou.
- Son histoire d'enfant de fellah qui réussi dans la vie est en somme peu crédible.
- Et le titre (comme souvent en littérature) n'a pas un grand rapport avec le sujet. Ou alors il l'a mal dit.
J'ai mieux aimé "les hrondelles" et "l'attentat" même s'ils sont très sinistres.

Ca va les bisounours?
bises à toi.

Wictoria a dit…

merci pour le conseil les amis : je vais donc poursuivre la lecture de cet auteur avec d'autres titres :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.