index des auteurs

Terre des affranchis - Liliane LAZAR


Le livre
Date de parution 2009
Editions Gaïa
190 pages

Le sujet
Roumanie. Victor Luca ne désire qu'une chose au monde : rester à l'abri de la maison familiale, protégé par sa mère et sa soeur, ainsi qu'un allié de taille : le lac dans la forêt, un lac si sombre que les habitants du village n'osent l'approcher sans craindre le péril de leur âme. Après avoir commis un meurtre, Victor passe pour mort durant de longues années de réclusion dans sa maison, caché de tous, à se torturer pour savoir s'il peut y avoir rédemption pour son âme. Que faire pour se faire pardonner de Dieu ? Certains croisés sur son chemin vont l'aider à trouver un sens à sa vie.

Le verbe
L'obscurité était devenue son alliée, celle qui lui permettait d'exister au monde. Les nuits d'été, il lui arrivait parfois de s'allonger dans la cour pour observer les étoiles. Enfin, il pouvait respirer, lui, tellement habitué à la vie au grand air. Pourtant jamais il ne s'éloignait de la maison. Ana lui avait formellement interdit de franchir la clôture. Pour parer à tout risque, Victor avait aménagé une cachette sous le toit. Une trappe dans le plafond permettait d'y accéder rapidement, dans le cas où un visiteur impromptu se serait présenté.
p 53


Mon complément
Tout d'abord dire que ce roman m'a été envoyé par ma chère Malice qui pourvoit ainsi à me faire découvrir des romans que je n'aurais jamais lus. Et quel roman ! Sans parler des nombreux prix récoltés en 2010, ce roman est un véritable bijou : une histoire intéressante, un style à faire palir d'envie certains romanciers. Je veux aussi dire ma satisfaction sur la mise en page : pas d'erreurs typographiques, de notes de bas de page, ou de lexique à la fin, ce que je déteste ! non, un véritable roman où certaines explications (utiles et nécessaires) sont coulées avec beaucoup de finesse au coeur du récit : situation politique (nous sommes avant et après la révolution de 1989 en Roumanie), et croyances et pratiques religieuses (orthodoxe).

Le récit est ponctué avec ce qu'il faut de lumière pour que nous avancions dans le roman sans avoir à chercher de quoi on parle. C'est bien. La forme du roman est très bien faite, comme une lourde couverture brodée des faits qui serait d'abord pliée, on apercevrait alors un élément du décor, et que l'évolution de l'histoire déroulerait dans son contexte pour afficher l'illustration dans son ensemble. Cela prouve à mes yeux que l'auteur s'est donné la peine de travailler son récit et son suspens, bravo ! Je n'ai trouvé aucun défaut à ce roman, il est de la même veine que ceux de Jim Harrison, dans un autre genre mais avec comme lui, un héros qui n'est pas un ange, ni le Diable ! Avec des scènes assez dures mais qui ne sombrent pas dans le détail gore, inutile.

photo by Mathieu

Le village de Slobozia, disons qu'il en existe plusieurs, mais l'auteur a vécu sa jeunesse dans l'un d'entre eux, est le théâtre de tout ce que le pays enferme en son sein : les fidèles, les résignés, les rebelles, les profiteurs, les pervers, les aveugles qui ne veulent rien voir, rien savoir, rien dire.

On y vivra depuis les années "60" aux années "80" au rythme des "évènements" : les premières disparitions, la retraite de Victor que le village croit mort, le régime "totalitaire" de Ceauşescu qui interdit la pratique de la religion, puis la délivrance : les villageois devenus libres de juger eux-mêmes qui  est coupable, Victor devenu libre d'avouer ses crimes, et comble de l'ironie, devenu un héros !

Un roman à découvrir ! d'autant que je vois qu'il sort en "poche" chez Actes Sud alors vite à vos LAL et PAL, il le mérite.

Liens externes :

5 commentaires:

Kathel a dit…

Un livre que j'ai beaucoup aimé aussi... Tiens, je ferai un billet ces jours-ci sur sa sortie en poche, nulle doute qu'avec une couverture aussi superbe, il ne trouve énormément d'autres lecteurs !

Malice a dit…

Mais que d'émotion ma chère Wictoria, ton billet et magnifique j'en suis ravie ! J'en suis très touchée, je le prends comme un cadeau. Amusant d'avoir trouvé la sortie en poche. Oui, c'est un très beau roman et en plus écrit en français, alors que Liliana Lazar est roumaine.

Wictoria a dit…

Kathel : tu fais bien de le préciser, j'indique le lien vers ton billet (j'aime bien le chox de tes lectures très éclectiques)

Malice : oui, elle est formidable cette femme, j'espère qu'elle sortira son prochain avec autant d'idée [le style lui est déjà adopté :)]

Manu a dit…

Un roman qui ne me tentait pas et qui finalement, me séduit. Je viens de l'acheter en poche et ton billet me donne encore plus envie de le lire bientôt !

Wictoria a dit…

bonne lecture alors Manu :)

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.