index des auteurs

L'honneur de Sartine - Jean-François PAROT

 


Le livre
date de parution : 2010
Editions JC Lattes
480 pages

Le sujet
Paris. 1780. Nicolas Le Floch enquête sur la mort de Monsieur de Chamberlin, un vieil homme qui occupa naguère de hautes fonctions dans la Marine du Roi. Tout laisse à penser qu'il s'agit d'un meurtre déguisé en accident et Nicolas Le Floch va bientôt découvrir que le vieil homme conservait chez lui des secrets d'état qui pourrait bien nuire à la réputation du ministre de la Marine qui n'est autre que l'ancien chef de la police qui avait pris sous son aile le jeune Nicolas tout juste débutant dans la profession : Sartine.

Le verbe
Dans l'escalier, les scènes entrevues sur le marché lui rappelait que ce peuple pouvait être, delon sa réputation, le plus aimable de l'univers, ou alors le plus redoutable. Restait qu'on ne savait jamais, ou alors à contretemps, comment il allait se conduire. Versatile ? Ombrageux ? En pénétrer l'esprit était malaisé et le préjugé gâtait la tentative. Certains le méprisaient, lui supposant de l'imbécilité, d'autres fondaient d'utopiques espoirs sur sa transformation et lui réputaient, peut-être, trop de finesse. Il lui apparaissait que la vérité était dans l'entre-deux et que retentissait en chaque homme le débat de tout un peuple. Il avait un jour entendu le roi en parler d'une manière qui l'avait ému. Selon louis XVI, un souverain ne saurait rien faire de plus utile que d'inspirer à la nation une grande idée d'elle-même ; pour pallier ses divisions, il fallait que le peuple s'attachât d'orgueil à la patrie.
(p.129)
Mon complément
Nous retrouvons, avec un plaisir toujours intact, Nicolas Le Floch dans ses aventures extraordinaires des jeux du pouvoir. Dans un contexte politique où les crédits manquent, où la Marine peine à trouver les fonds nécessaire à la fabrication des navires qui pourraient assurer à la France, une puissance, du moins économique, sur les mers (quelques années plus tard, Jean-François de La Pérouse ira voguer sur les mers au nom du roi), où la France est en conflit avec l'Angleterre (pour le commerce et pour l'Amérique, pour dessiner les cartes du Nouveau Monde, etc...), tout est bon pour tirer à soi les couvertures de la bonne renommée.

Necker, le ministre des Finances de l'époque, à Sartine dans le colimateur, pour ne pas dire son périscope. Le peuple de Paris commence à gronder, et le roi est bien loin de tout cela.

Jean-François Parot mène toujours tambour battant ses troupes au travers des petites histoires de l'Histoire. Son personnage principal vieillit : Nicolas s'approche de la quarantaine, son fils devient un homme et il est souvent la proie de réflexions sur la vie et la mort...
Rien n'est plus difficile que d'interroger un enfant...
- Vous avez eu un fils.
- Trop tard, vous le savez, pour avoir l'expérience des dédales du premier âge. Je ne peux me référer qu'à mes propres souvenirs.

(p. 461)
Nicolas cherche au fond de lui l'interprétation de l'existence. Il sait aussi que rien n'est immuable. Et la révolution est proche...

Lien externe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

les commentaires sont les bienvenus s'ils concernent le livre commenté ; j'ai activé la vérification des mots (désolée mais je reçois vraiment trop de "spam") ainsi que la modération des commentaires avant leur publication sur le site.